Index du forum

Lost Forum

Premier forum francophone, depuis 2004 • Le forum du site Lost Island : http://lostisland.net.free.fr
Nous sommes le Mar 23 Oct 2018 - 16:36

Heures au format UTC + 1 heure




Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 33 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 05 Déc 2007 - 03:26 
Hors ligne
Paire de menottes
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 02 Mai 2007 - 02:31
Messages: 373
Localisation: The Twilight Zone
Tu as encore pondu une petite perle remplie d'émotion. Image

_________________
Image
Faute de pouvoir voir clair, nous voulons, a tout le moins, voir clairement les obscurités. Sigmund Freud


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 08 Déc 2007 - 21:26 
Hors ligne
Papillon de nuit
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 20 Fév 2007 - 02:38
Messages: 183
Localisation: Québec, Canada
Merci^^

_________________
Mon blog sur Lost
Image
Par _GD_ ;)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 17 Jan 2008 - 01:33 
Hors ligne
Papillon de nuit
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 20 Fév 2007 - 02:38
Messages: 183
Localisation: Québec, Canada
Allez deux chapitre pour le prix d'un^^

Chapitre 5 : Tentative d'évitement & Secret

Huit heures du matin. S’il n’avait pas été complètement réveillé, l’éblouissante clarté et la foule qui grouillait comme des fourmis sur le sol carrelé de l’aéroport aurait suffit pour le faire sortir de la brume matinale. Mais, en cette humide matinée, c’était loin d’être le cas. Sawyer jeta un regard nerveux à sa montre, accroché et bousculé presque de tous côtés par les gens pressés. Étonnant le nombre de personnes qui prenaient l’avion à cette heure. Il était anxieux. Il n’avait jamais apprécié prendre l’avion, mais on aurait dit que c’était pire depuis le crash, bien que ce serait la première fois qu’il usait de ce moyen de transport depuis. Oui, il était nerveux, mais sa détermination prenait le dessus en ce moment crucial. Son vol partait dans dix minutes et Sawyer se tenait debout devant la porte avec le numéro quinze gravé dessus. Encore un de ces stupides numéros. Mais il n’allait certainement pas laisser tomber à cause de ça non?? Il passa donc la porte, les dents serrés, armé de son sac à dos. Qui saurait ce qui allait se passer maintenant qu’il laissait tout derrière lui pour recommencer à neuf??

Sawyer soupira et jeta un autre regard vers le large, où on pouvait encore voir le point noir qui représentait le bateau, qui n’avait pas bougé d’un pouce depuis tout à l’heure. Il grogna. Mais ils attendaient quoi pour venir les sauver?? Qu’on soit pendant la semaine des quatre jeudis?? Enfin, Sawyer rebaissa les yeux vers le livre qu’il était en train de lire, de relire plutôt vu qu’il y avait longtemps qu’il avait épuisé son stock de livres. Mais il fut presque aussitôt dérangé par quelqu’un de familier, même trop, qui avait mal choisi le moment pour aller lui rendre visite.

-Dude?? Ça te dirait de m’aider à faire ma valise si on veut??

Sawyer leva son regard équipé de ses magnifiques lunettes et haussa les sourcils. Des valises?? Tiens il n’avait pas pensé à ça, mais de toute façon, il n’était pas très pressé de partir d’ici et retourner à sa vie d’avant…mais sa vie pourra-t-elle seulement être comme avant?? Il l’ignorait encore.

-Quoi tu fais déjà ta valise?? Ils ne sont même pas encore arrivés jumbotron!Et puis j’ai l’air d’une femme de ménage??

Cette fois, un sourire moqueur et pleins de sous-entendus naquit, mais pas de la part du grand blond, mais plutôt d’Hurley.

-Dude, tu veux vraiment savoir la vérité???

Sawyer le regarda, un peu étonné de cette réponse « à la Sawyer », mais il savait qu’il le méritait bien, avec toutes les fois où il s’était payé sa tête. Découragé, le grand blond avec un sourire sournois leva les yeux au ciel.

-Laisse faire…

Mais il ne continua pas sa phrase, car une autre personne venait d’entrer dans son champs de vision. Une personne qu’il serait loin de rejeter si jamais elle daignait venir le voir, au contraire. Il décida néammoins de s’essayer, espérant qu’elle avait laissé tomber son devoir de l’éviter, enfin c’est ce qu’il lui semblait, elle l'évitait depuis quelques jours. Il prit son plus beau sourire avant de l’interpeller, quand Kate passa assez près de lui.

-Hey Freckles! Ça va??

Kate s’arrêta quand elle entendit sa voix, un peu plus loin, et il lui fallut quelques secondes de plus avant qu’elle ne se retourne enfin vers lui et encore là, elle évitait de le regarder dans les yeux. Quand elle prit la parole, toujours en évitant le bleu de ses yeux, qui avait le don de la troubler, ce fut d’un ton distant, comme si elle voulait se débarrasser de lui rapidement. Comme s’il n’y avait rien eu entre eux, ce qui fit naître en Sawyer une profonde déception qu’il essaya avec grand peine à dissimuler. Il avait eu tort d’espérer que cette fois serait différente, elle l’évitait depuis son retour de la tour radio, peut-être même un peu après, à bien y penser.

-Hey Sawyer. Ouais, ça peut aller, si on veut…

Elle eut à peine fini sa phrase qu’elle continua son déplacement qui était, au grand désespoir de Sawyer, vers la tente de Jack. Les dents serrés, il reporta son attention sur Hurley, qui n’avait rien perdu de la conversation.

-Dude, tu sais pourquoi elle est comme ça Kate?? Tu lui as fait quelque chose??

Sawyer savait qu’Hurley s’inquiétait réellement pour elle, car Kate était le genre de fille que tout le monde à la plage aimait. Mais James aimait mieux ne pas en parler, pour l’instant. C’est pour cette raison, qu’il esquiva cette question indésirable et se contenta de porter un regard discret sur Kate, un peu plus loin, qui venait de rejoindre le doc. Il ne pouvait entendre ce qu’Ils disaient, mais il souhaitait les garder à l’œil.

Kate eut tôt fait de rejoindre la tente de Jack et s’appuya à demi contre la porte en attendant le docteur giggle, perdue dans ses pensées. Elle détestait devoir agir comme ça avec Sawyer, mais pour l’instant, elle était incapable de le regarder dans les yeux. Plus tard peut-être, mais pas maintenant.

-Hey!

L’ex-fugitive sursauta légèrement quand elle entendit la voix de Jack qui provenait de la porte. Le cœur encore battant, elle leva son regard vert comme la forêt vers lui et lui fit un sourire.

-Hey! Ça va?

Ce fut au tour de Jack de sourire.

-Oui..je commence juste à me demander pourquoi ils mettent tant de temps à venir, le bateau.

-J’en sais rien, Jack, mais ils finiront peut-être par venir.

Elle avait prononcé ces paroles avec un manque d’enthousiasme flagrant qui n’avait pas échappé au docteur. Jack soupira et se tourna vers elle, la regardant dans les yeux avec cet air qui la rassurerait même si elle était sur le point de mourir.

-Je sais que tu t’inquiètes pour la police et tout…mais on arrivera à trouver quelque chose, promis. Tu le mérites, Kate.

Kate soupira.

-Jack, non. Je vais me faire attraper par la police, quoique je dise ou fasse. C’est pas la peine de te donner cette peine, ils finiront par me trouver.

Elle détestait tellement lui faire perdre espoir de cette façon, mais elle le devait. Kate ne voulait pas qu’il se fasse de fausses idées. Il mit une main sur son épaule et sa chaleur humaine et si agréable finit par lui donner un semblant de calme, même s’il lui donna quand même des frissons agréables, qui n’avaient rien à voir avec la température, elle le savait. Kate avait du étirer un silence, car Jack reprit.

-Je sais que t’as pas le goût de retourner sur la terre ferme, mais ce n’est pas une raison pour éviter Sawyer comme ça.

Kate soupira. Ce n’était pas la première fois que Jack défendait Sawyer de cette façon et elle ne comprenait toujours pas pourquoi il le faisait.

-Jack…je te l’ai dit, arrête de le défendre, même si tu…m’aimes.

Elle avait dit ces derniers mots en hésitant légèrement.

-Tu sais, c’est de nos affaires¸ça concerne nous deux et…

Jack haussa les sourcils.

-C’est pour ça qu’il a l’air d’ignorer pourquoi tu l’évites??

Kate se mordit la lèvre, mais elle était loin d’avoir le goût de parler de tout ça.

-Jack, s’il te plaît, je veux pas parler de tout ça. Plus tard peut-être.

-D’accord, je veux pas te forcer, tu sais.

Kate sourit. C’était quelque chose qui l’énervait et qu’elle aimait tellement chez Jack. Il n’était pas curieux de tout savoir sur elle. Il pouvait être avec elle sans tout savoir. Sourire aux lèvres, elle lui fit un sourire beaucoup plus franc que le premier, en le regardant dans les yeux. L’instant était magique et la brunette le savait. C’était peut-être la dernière fois qu’elle le voyait. Le silence se fit entre eux, mais ils n’avaient pas besoin de paroles pour être ensemble. Les regards suffisaient. Cependant, leur bonheur fut de courte durée, car Juliet était maintenant arrivée près d’eux, apparue fut plus juste aux yeux de Kate, car elle ignorait comment elle y était arrivée. La blonde lui jeta alors un regard plein de sous-entendus qui fit comprendre à Kate pourquoi elle était là. Kate hocha la tête et jeta un coup d’œil à Jack pendant que Juliet la questionnait.

-Ça va Kate??

Le fait que Juliet demande à Kate si elle allait avant de s’adresser à Jack lui parut :biz:arre aux premiers égards, mais elle était bien contente qu’elle soit là finalement. Surtout qu’elle lui avait promis de ne rien dire à personne, même pas Jack et Kate avait maintenant confiance que Juliet respecterait sa promesse. Pour toute réponse, elle hocha la tête affirmativement avant de jeter un regard distrait sur Sawyer et Hurley, ainsi que Claire, qui avait pris part à leur discution qu’elle n’entendait pas d’où elle était.

-Sawyer, je peux te demander un truc??

Le concerné s’était montré surpris quand Claire s’était pointée à sa tente pour lui demander un service. Ce n’était pas son habitude. Il haussa alors les sourcils, ce qui, ajouté à ses lunettes, lui donnait un drôle d’air. Pourtant, la jeune maman s’abstint de rire. Elle attendait la réponse du blond avec uin sérieux infaillible.

-Ouais, p’tite maman. Tu veux quoi??

Il avait montré sa tente d’un signe de tête, en voulant bien sûr parler de son précieux stock ou bien ce qui lui restait depuis qu’il l’avait perdu au ping-pong contre Hurley.

-Non, rien dans ta tente. Les revues pornos m’intéressent pas tu sais.

Un petit, non un minuscule sourire naquit sur son visage marqué par la douleur de la perte d’un être cher.

-Je voudrais juste que tu t’occupes d’Aaron. J’ai…un truc important à faire avant de partir.

Sawyer soupira.

-Ha non, tu aurais pas pu demander à Sun?? Ou Kate?? Ou Hurley?? Parce que moi et les bébés, on fait pas ami-ami.

Ce qui était totalement vrai. Mais il devait aussi avouer qu’il n’était guère d’humeur à s’occuper d’un petit tas pleurnichard. Claire ne paraissait pas très à l’aise à faire sa demande.

-Bah, en fait Sun et Jin son déjà occupés à faire leurs valises et Kate aussi et Hurley viendra avec moi…Je veux lui dire au revoir Sawyer.

Elle n’avait pas besoin de lui faire un dessin pour qu’il comprenne de qui elle voulait parler. Le blond se mit toutefois à regretter la fois où Charlie avait découvert que Sawyer endormait Aaron avec seulement sa voix, ce qui avait transformé sa vie sur l’île en enfer en lui donnant le rôle de babysitter improvisé que Sawyer détestait. Mais peut-être le méritait-il?? C’était peut-être une punition du destin pour ce qu’il avait fait à sa propre petite?? Il soupira. Il lui apparaissait qu’il n’avait guère le choix. En plus, James ne pouvait quand même pas lui interdire d’aller dire au revoir à son petit ami??

-Bah d’accord, j’ai pas le choix toute façon ça a bien l'air. Allez donne moi donc ce petit morveux.

Claire haussa les sourcils, un peu insultée.

-Il s’appelle Aaron, Sawyer.

Elle lui donna quand même le petit paquet, le plaçant avec amour dans les bras du blond. Elle sourit pour le rassurer, lui donna un baiser affectueux sur le front après avoir écarté une minuscule mèche de cheveux et partit, Hurley à ses côtés. Du sien, Sawyer soupira, se disant que ses dernières heures sur cette île de fou allaient être passées à s’occuper du morveux. Charmant. Comme s’il lisait dans ses pensées, Aaron se mit presque aussitôt à pleurer comme s’il était le diable incarné, ce qui provoqua immédiatement un grognement de la part du blond qui dit sarcastiquement.

-Super, et c’est repartit..ho tais-toi petit morveux, tu me donnes mal à la tête!

Quelques mètres plus loin, Kate n’avait rien perdu du spectacle et se mordit les lèvres. Jack était maintenant en grande discussion avec Juliet et lui jetait de temps en temps un regard inquiet. Apparemment, Sawyer avait quelques difficultés avec Aaron. Elle aurait peut-être du accepter de s’occuper du petit, mais elle s’en était sentie incapable en ce moment critique, ce qui lui avait valu des inquiètudes de la part de la jeune maman. La voix de Sawyer lui parvint à nouveau.

-Damn it!

Kate se retourna vers Jack, qui la regardait à présent, l’air sérieux.

-Tu devrais peut-être y aller, je dois rester avec Juliet, j’ai quelques trucs à régler encore. Et si tu n’y vas pas, personne le fera.

Il sourit. Elle répondit à son sourire. Kate savait qu’il avait raison. Elle était la seule qui accepterait de l’aider, car elle ne voulait pas déranger Claire, sachant qu’elle avait désespéremment besoin de ces minutes de répit. À contrecoeur, elle se dirigea alors vers Sawyer, Aaron toujours dans les bras de ce dernier. Le Texan l’accueillit alors avec un sourire moqueur, découragé, mais heureux de la voir elle et personne d'autre.

-Tiens Freckles, on a décidé de me parler maintenant??

-Je t’ai jamais évité Sawyer, tu te fais des idées.

Sawyer haussa les sourcils. Il savait que c’était un gros mensonge et il détestait qu’on lui mente.

-Je suis bien des choses, mais je suis pas idiot Freckles, je suis capable de reconnaître quand on m’évite! Alors pourquoi tu le faisais?? Je t’ai fait un truc??

Sawyer devait savoir. Elle ne faisait quand même pas ça pour rien non?? Et puis, le blond devait se l'avouer, il s'inquiètait terriblement pour elle. Il vit Kate se mordre la lèvre supérieure. Elle semblait hésiter. Après un temps de silence, elle lui répondit enfin.

-Non, Sawyer, t’as rien fait…je suis juste…nerveuse de retourner à la réalité tu sais avec les policiers et tout.

C’était seulement une demi vérité, mais Kate espérait que Sawyer s’en contenterait, bien qu’elle était sûre du contraire vu comment elle le connaissait. Le blond lui répondit alors avec un ton accusateur et elle sut aussitôt qu’il avait deviné qu’elle mentait. Pouvu qu’il n’ait pas tout deviné…espéra la brunette.

-C’est seulement ça hein??

Kate ouvrit la bouche pour répondre, mais un bruit se mit alors à résonner, emplissant la plage de ses sons aériens. Du sable se mit alors à virevolter comme de la neige autour d’eux, créant une petite tempête de sable digne des déserts. Les deux tourtereaux levèrent la tête et Aaron, qui avait cessé ses pleurs quand Sawyer avait parlé à Kate recommença. Un hélicoptère survolait la plage à quelques mètres de hauteurs, assez pour que les survivants aient d’elle une assez bonne vue. Des regards joyeux s’échangèrent entre les survivants qui avaient passé un bon trois jours depuis la vue du bateau à attendre et espérer que ce dernier n’était pas qu’une illusion. Ou un rêve. Le moment était arrivé au moment où ils s’en attendaient le moins, où plusieurs d’entre eux avaient vu leur faible espoir s’estomper. Le rêve de partir devenait réalité.



____________________


Chapitre 6: Quand tout ne va pas comme prévu...

Sawyer devait essayer de dormir. Il savait que, de cette façon, son calvaire finirait plus rapidement. Les yeux fermés, il grouillait sur son siège, inconfortable malgré les coussins moelleux et la vision des quelques autres passagers qui avaient réussi à dormir, eux. Il n’était vraiment pas l’aise et il ignorait pourquoi exactement. Cela faisait au moins une heure qu’il essayait de passer le temps, en tentant de piquer un petit somme. Même ses livres lui paraissaient moins attrayants que d’habitude. Mais pouvait-on être capable d’avoir sommeil dans ce satané oiseaux de fer qui pouvait tomber à n’importe quel moment?? Le blond avait terriblement froid, ce qui le rendait plus impatient ou même irritable encore et il avait peine à endurer les paroles échangées par les passagers, même si elles étaient chuchotées. En plus, il ne pouvait arrêter de se tourner et retourner les derniers événements, comme s’il avait pu changer quoique ce soit. Le Texan s’était endormi sur la plage où il n’était supposé que de relaxer. À son réveil, il avait eu le malheur de croiser Cassidy, qui lui avait fait passer un sermon. Elle l’avait suivie jusque chez lui pour lui piquer une crise, elle s’était sûrement levée du pied gauche ce matin-là, car il ne l’avait jamais vu dans cet été. Ou bien elle s’était fait posséder par un lion enragé. Ensuite, Sawyer avait pris ses messages sur son répondeur, espérant y trouver là son seul bonheur de la journée. Il le trouva, bien sûr, mais il emmenait une mauvaise nouvelle…elle venait le voir bientôt. Tout ça n’arrangeait certainement pas son cas…

Puis des voix parvinrent jusqu’à lui et, gardant ses yeux fermés, il leur porta attention sans savoir pourquoi, comme attiré par elles. Sawyer sembla alors s’accrocher à elles tel une bouée et il retint son souffle presque aussitôt en avalant difficile, un peu bouleversé par ce qu’il entendait.

-…pas sûre. J’aurais peut-être dû amener Eli tu sais. C’est la première fois que je la laisse comme ça.

Dans sa voix perçait une lueur inquiète, incertaine. Un soupir résonna presque comme un hurlement aux oreilles de l’homme. Il reconnut aussitôt ce ton, cette intonation si familière, ce qui ne fit que le bouleverser davantage. Sawyer comprit aussi qui était cet Eli et se mordit les lèvres, le cœur battant.

-Kate, tout ira bien, tu comprends?? Je lui laisse Aaron souvent. Elle est fiable, tu peux me faire confiance. Mais je te comprends d’être comme ça, j’ai eu la même réaction au début.

Une voix plus grave s’incrusta dans la conversation féminine.

-Vous n’auriez pas dû les filles. Si on retombe là-bas, on risque d’être partis un bon bout de temps. Vous ne verrez peut-être pas vos enfants avant longtemps.

Un autre soupir résonna, apartenant sans contredis à la première voix, confirmant ce qu’il avait pensé plus tôt, car ce soupir, il le connaissait par cœur. Sawyer ouvrit alors brusquement les yeux et serra encore les dents. Comment avait-il pu se retrouver par hasard dans le même avion qu’eux. Il y avait des centaines de vols! Et elle était là, à quelques mètres de lui, à parler de sa fille, de leur fille, sans savoir que son père, celui qui les avait abandonné était près d’elle et entendait tout. Comme pour donner suite à son soupir, Kate lui répondit.

-Jack..pour être honnête, je ne pense pas que l’on va y retourner…

Tiens, le doc faisait aussi partie de la petite troupe on dirait, mais il aurait dû s’en douter après avoir entendu son message sur son répondeur. Avec Kate. Et Claire sûrement. D’autres peut-être?? D’après l’intensité des voix, ils n’étaient qu’à quelques sièges de distance, ce qui confirmait ses pensées d’un peu plus tôt. Jack la coupa d’une voix brusque qu’Il ne lui connaissait pas.

-Alors pourquoi vous êtes venus?? Cette fois Kate, c’est la bonne, je le sens.

Comme il connaissait sa Kate, elle avait probablement ouvert la bouche pour lui répondre, mais une autre voix, encore connue, parla à sa place, comme pour changer de sujet. La personne à qui elle appartenait ne semblait pas trop à l’aise dans cette situation, loin de là.

-Hey Dude! C’est pas le moment de se chicaner! On vient juste de se retrouver quand même!

Un silence lourd et gêné s’étira longuement. -Tu es sûre que t’as pas été capable de lui parler?? Il n’y a que lui qui n’a pas donné de réponse. Sayid est introuvable, Sun et Jin ne voulaient rien savoir de se séparer de leur bébé et tu sais que Bernard n’est pas vraiment d’humeur depuis que Rose est morte de son cancer….en plus qu’il ne te tient pas à bonne estime depuis que Jack les a obligés à venir avec nous hors de l’île, sans parler de Locke…

-Non, coupa Kate abruptement, Monsieur Jack voulait partir plus tôt. J’y suis allée ce matin, mais il n’a pas répondu, comme d’habitude.

Sawyer ne put réprimer un sourire quandi il perçut la froideur du ton de Kate quand elle parla de Jack. Ainsi que sa déception de ne pas avoir été capable de le rejoindre. Cette fois, ce fut lui qui soupira. Il avait parti tôt ce matin et il commençait à se dire qu’il avait bien fait d’écouter son instinct. Car James savait qu’ils parlaient de lui. Et il avait perçut l’espoir d’Hurley, qui aurait voulu le revoir. Le gros homme lui avait manqué, il s’en rendait compte maintenant.

-Mais bon, prenons ça du bon côté, au moins il n’y aura plus personne pour nous donner des surnoms.

-Hein Dude!! C’est pas très gentil. Avoue que ça ne serait plus la même chose Claire!

Mais Sawyer avait perçut une certaine tristesse dans sa voix que Jumbotron n’avait pas capté.

-J’en sais rien, mais au moins on est tous là!!

-Là c’est vous qui devriez arrêter. C’est stupide et j’ai un sacré mal de tête!

Il y eut alors un silence gêné qui mit fin à leur querelle, qui n’était pourtant chose habituelle entre ces deux là. Aucun d’entre eux n’était encore habitué à entendre Jack parler de cette manière, surtout à Claire, que Jack avait appris un peu plus tôt dans l’année qu’elle était sa sœur. Sawyer ne put pas s’empêcher de se dire que Kate avait eut raison dans le message qu’elle lui avait laissé sur le répondeur. Jack avait terriblement changé et pas pour le mieux. Tout ça était presque déroutant pour le blond. Une autre voix féminine, qui était restée silencieuse jusque là, retentit dans l’avion, inquiète.

-Ça va Jack??

-Oui oui Juliet, j’ai jamais été aussi bien.

Sawyer sourit encore une fois, mais pas à cause du ton ironique de Jack, mais parce qu’il pouvait presque voir d’où il était le regard froid et assassin de Kate à l’égard de Juliet. Enfin, si rien n’avait changé entre elles, ce que Sawyer soupçonnait. Jack jeta un regard vers les toilettes à l’arrière de l’avion et reprit d’un ton impatient.

-Mais il fait quoi au juste Desmond aux toilettes?? Ça fait une demi-heure qu’il est là! Il en profite pour se tirer une ligne ou quoi??

Des rires un peu amère et nerveux retentirent, ce qui fit savoir à Sawyer qu’ils détestaient reprendre l’avion. Mais ce fut Hurley qui répondit, avec un ton drôlement sérieux.

-Hey Dude!! Mais riez pas, c’est pas drôle! Charlie l’avait fait au moment du crash et c’est peut-être vrai!

Sawyer haussa les sourcils, amusé. Desmond prenant de la drogue serait aussi vraisemblable et possible que savoir que Jack s’était mis à arnarquer ou que lui-même devienne soudain un chirugien parfait. Il se passa une main dans ses cheveux blonds où ils restaient quelques mèches un peu plus noires, vestiges d’une teinture, sourire tiède aux lèvres. C’était :biz:arre autant qu’agréable d’entendre à nouveau ces voix délicieusement familières. Ça lui faisait peut-être même du bien, surtout la sienne. Le blond devait presque se retenir de se lever et d’aller les rejoindre. C’était ce que son corps et son cœur lui disaient de faire, mais sa tête lui dictait de rester assis loin d’eux, écouter et imaginer leurs têtes s’il se montrait soudain. Son cœur battait à tout rompre d’excitation et impossible désormais pour lui de fermer les yeux et d’ignorer. Sawyer devait se l’avouer maintenant, ils lui avaient tous manqué, sans exception. Il aurait pourtant aimé ne pas avoir à se dissimuler et revoir sa Freckles une autre fois. Car Sawyer n’était plus rien sans elle, c’était la conclusion à laquelle il était arrivé après réfléxion, au cours des deux dernières années. Tant de fois il avait essayé de l’oublier complètement, de faire comme si elle n’avait jamais existé, d’être en colère contre elle, mais il n’était arrivé qu’à faire semblant. James avait besoin d’elle, c’était clair, mais, d’un autre côté, il avait compris bien avant qu’elle ne voulait pas de lui. Un silence pesant s’installa encore une fois du côté des sièges de ses amis. Les voix s’étaient tues depuis un bout déjà, mais Sawyer continuait de tendre l’oreille afin d’entendre ne serait-ce qu’une bribe de paroles réconfortantes. Il y avait si longtemps, mais le blond préférait ne plus y penser. Continuer à tendre l’oreille, mais aussi se concentrer sur sa nouvelle vie, celle qui l’attendait. Là où il irait, il ne connaîtrait personne, pas de mère hystérique, d’amis survivants, d’arnarqueurs qui le connaissait. Dans son autre vie, il ne sera pas père de deux fillettes. Car Sawyer était maintenant sûr que cette Eli était la fille de Kate. Et la sienne en l’occurrence. ET celle qu’elle portait depuis peu quand ils étaient sortis de l’île et qui consistait en l’une des conséquences de leur amour trop passionné, qui les avait consummé.

Ce qui le tira de cette rêverie morose?? L’hôtesse de l’air qui avait encore trouvé quelque chose à lui demander après le sandwich, les peanuts, l’oreiller et des somnifères.

-Monsieur?? Vous avez besoin de quelque chose?? Un truc à boire pour faire passer le vol??

Sawyer grogna et lui jeta un regard qui lui montra très clairement qu’il n’était pas d’humeur à se faire harceler. Autant pour montrer son désintérêt que pour s’occuper, il prit son livre, se cala la tête dans un oreiller et tenta encore une fois de lire en plissant les yeux. Désespéré, il se mit à la recherche de ses nouvelles lunettes, récent achat qu’il s’était obligé à faire, en fouillant dans son sac. Nul part. Elles étaient nul part. La seule paire qu’il finit par trouver?? Celles qu’il avait porté sur l’île qu’il regarda avec consternation et incrédulité. Avait-il été tellement perdu dans ses souvenirs et concentré à sa tâche ou son but qu’il avait amené à la place ses lunettes « Made On Island »?? Le blond les enfila tout de même à contrcoeur quand une voix proche interpella l’hôtesse de l’air qui était restée près du Texan.

-Excusez-moi, je pourrais avoir une autre bouteille d’alcool?? Vous avez oublié de passer à nos sièges, donc…

-Ça va, monsieur Shephard, je suis désolée, je vous en passe une à l’instant.

Sawyer serra les dents. Super, maintenant le doc s’amenait, comme pour ajouter à son malheur, pensa-t-il, sarcastique. Le blond décida de rester de dos en faisant mine de fouiller dans son sac.

« Veuillez attacher votre ceinture, nous traversons maintenant une zone de turbulences. »

Sawyer profita du fait que le doc était presque dos à lui pour se retourner, attacher sa ceinture et se replonger mine de rien dans son livre, obéissant à l’ordre du pilote. Il se sentait presque comme un agent secret ou un espion qui devait passer inaperçu et il se dit avec amusement qu’il pourrait toujours sortir un « Je m’appelle Ford, James Ford » du style James Bond. Il se rendit alors compte qu’il relisait la même phrase depuis un bon moment et passa à la suivant sans l’avoir compris.

L’hôtesse de l’air, à quelques pas de lui, continuait toujours sa discussion avec le doc.

-Non, monsieur Shephard, vous devriez rester ici et vous asseoir près de ce monsieur pour plus de sécurité. Vous avez entendu le pilote, il est dangereux de se promener en zone de turbulences.

Rire moqueur de la part de Jack, qui, bouteille en main, avait fait un pas en direction de son siège.

-Je suis près d’ici, ça va aller.

-Non monsieur, j’insiste.

Sawyer risqua un coup d’œil en direction de Jack, curieux, délaissant la phrase qu’il essayait de lire. Cela confirma alors ses pensées d’un peu plus tôt, à savoir que Jack avait changé, enfin une seule chose au premier regard avait changé dans son apparence. Le doc s’était en effet laissé pousser la barbe, à la mode homme des cavernes ou celui qui était resté trop longtemps sur une île déserte. Il ne lui restait qu’à tout teindre en blanc et il pourrait avoir l’air du Père Noël en personne. Mais l’homme de Cromagnon devait partir. Oui, le doc devait faire l’entêté et quand même aller jusqu’à son siège. Il savait qu’il en était capable. Sawyer tenta de toutes ses forces, en dernier ressort, de lui transmettre cette pensée, en vain. À son grand découragement, Jack, après quelques hésitations, jeta un regard à ses copains derrière, à Desmond qui venait de reprendre place près des autres et se montra docile. Effectivement, il avait à peine attaché sa ceinture qu’une secousse ébranla fortement l’avion, ayant comme effet de crisper les doigts de Sawyer sur son livre. Après, le calme revint pourtant, causant derrière lui des soupirs de soulagement. Le blond, toujours la tête dans son livre, vit du coin de l’œil le doc prendre quelques gorgées de ce fort liquide que l’on appelait alcool, puis s’intéressa à son nouveau voisin de siège, au désespoir de celui-ci.

-Vous avez de la chance de pouvoir lire en avion, ça change les idées.

Pour toute réponse, son voisin haussa les épaules.

-Vous n’êtes pas très bavard on dirait. Mais je vous comprend, j’aime pas trop l’avion moi non plus, surtout depuis que je me suis crashé…

Jack Shephard baissa un peu le ton.

-Vous allez peut-être me trouver fou et je suis désolé si je vous affole, mais je pense que ça va recommencer cette fois. On va se crashé à nouveau, mais vous n’avez pas à vous inquièter, vous ne mourrez probablement pas.

Encore aucun réponse de la part de celui avec qui il tentait d’engager la conversation. Il était loin de se douter que son compagnon de siège était déjà au courant de presque tout ce qu’il venait de dire. Sawyer grogna. Vivement que les turbulences soient terminées et que le doc lui foute un peu la paix.

Une autre secousse ébranla l’avion, plus forte que la précédente, troublant le silence d’inquiètude qui s’était vite propagé dans l’avion. Tellement forte que Sawyer en échappa son livre, malgré ses doigts qui le serraient, rendus blancs et une valise lui tomba dessus, l’assomant à demi.

-Son of b***!!!!!

Sawyer se rendit alors compte de son erreur. Beaucoup trop tard. Ça y était. Tout ce qu’il avait essayé de faire depuis non seulement le début du vol, mais aussi les deux dernières années tombaient à l’eau. Il ferma les yeux, frustré contre lui-même et se mordit la lèvre. Si le doc ne l’avait pas reconnu par sa voix, ce serait pas son apparence ou ses lunettes.

-Sawyer??

Le Doctor Giggles venait de comprendre. C’était à ce quoi il s’était attendu. Sawyer pouvait presque sentir son regard incrédule rivé sur lui. Il avait essayé de les éviter, c’était raté et pas à peu près.

-Qu’est-ce que tu fais ici Sawyer??

Le concerné serra les dents, irrité par sa stupidité, puis se pencha pour ramasser son livre en grommelant, voulant surtout se laisser un temps pour réfléchir. Sawyer se releva enfin, son butin en main et évita le regard brun de Jack.

-Je ne vois pas de qui tu…

Un regard vers son doc favori lui suffit pour voir ses sourcils froncés de surprise, mais aussi son regard brun qui semblait vouloir voir au travers de sa peau.

-Hey, je suis peut-être…comme ça, mais je suis pas stupide, Sawyer.

James se détacha brusquement, sur un coup de tête et se leva de son siège inconfortable d’avion pour seule réponse. Il avait besoin de s’isoler quelques minutes et ce n’est pas s’il restait où il était présentement qu’il y réussirait. Le doc le laissa passer sans poser de questions, il n’avait pas le choix d’ailleurs, mais ne s’était pas débarrasser de cet air. Sawyer était maintenant dans l’allée et se dirigea vers la salle de bain.

-Sawyer, tu ne devrais pas. Il y a des turbulences tu sais.

Sans lui lancer un seul regard, le concerné eut un rire amer.

-Si tu penses que je m’inquiète de stupides turbulences…

Décidé à fuir, James continua son chemin d’un bon pas. L’avion était redevenu calme, il n’y avait que peu de circulation due aux frissonnements de l’appareil, qui était présentement moins nombreux. Fuir, il devait s’en aller.
Il avait atteint la moitié du trajet quand une autre turbulence ébranla l’avion sensible. Sawyer perdit alors l’équilibre, mais se reprit à temps en s’appuyant sur un siège à proximité. Ce n’était pas des petites turbulences qui allaient l’arrêter. Rien ne le pourra cette fois. Des cris de l’hôtesse de l’air de tout à l’heure résonnèrent dans l’avion, le sommant de revenir, mais il les ignora superbement. Il ne savait que trop bien qu’elle ne voudait qu’il retourne à sa place habituelle. Il ne pouvait pas, pas cette fois. Il ne lui serait pas possible de rester près du doc en sachant qu’il l’avait eu pour lui seul pendant presque deux ans et que lui n’avait pas eu une goutte de bonheur. Il lui faisait trop penser à elle et faisait trop remonter en lui la dernière image qu’il avait de ses compagnons de crash, claire et nette comme si elle datait d’hier. Tout ça même si la concernée était maintenant qu’à quelques mètres d’elle. Même si Jack et Kate n’étaient plus ensemble à l’heure qu’il était. Une autre secousse alors qu’il avait avancé que de quelques pas. L’avion trembla plus que jamais. Sawyer perdit alors l’équilibre pour de bon cette fois, tenta de se reprendre en s’accrochant à la poignée de l’endroit où on mettait les valises en haut des sièges, mais la porte s’ouvrit brusquement et un poids s’écrasa contre sa tête, ce qui le fit s’écrouler de tout son long au beau milieu de l’allée. Une valise?? Peut-être bien, mais elle était sacrément lourde.

Couché sur le sol, tout semblait tourner autour de lui. Des cris indistincts résonnèrent près de lui, des pas approchèrent en vitesse, puis ce fut le noir. Dans sa tête et dans son cœur. Sa dernière pensée fut qu’il avait raté son coups, encore une fois. Qui sait, peut-être qu’avec un peu de chances cette valise allait le tuer de plein fouet??

_________________
Mon blog sur Lost
Image
Par _GD_ ;)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 33 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com