Index du forum

Lost Forum

Premier forum francophone, depuis 2004 • Le forum du site Lost Island : http://lostisland.net.free.fr
Nous sommes le Sam 22 Sep 2018 - 07:03

Heures au format UTC + 1 heure




Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 26 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Histoire inspirée de LOST: LES EXPLORATEURS
MessagePosté: Dim 24 Mai 2009 - 18:44 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
Bonjour à tous les Lostiens!
Voilà, il n'y a pas longtemps, j'ai eu une idée grâce à LOST...
Créer une histoire du même genre. J'ai déjà travaillé sur les personnages principaux de la saison 1, avec leur nom, prénom, âge, nationalité, emploi et ce qui va se passer pour eux cette saison...
J'écris les épisodes sous la forme de scénario, comme des pages de scénario, avec les dialogues, l'utilisation du présent dans la description des actions... C'est un choix que j'ai fait, le format "roman" aurait été moins intéressant je pense.
24 épisodes sont prévus pour cette première saison, elle est déjà organisée dans ma tête, et actuellement je rédige l'épisode 5... C'est très long, ça prend énormément de temps sachant que pour 1 épisode il faut compter à peu près entre 40 et 60 pages de scénario. J'aimerais donc vous faire découvrir cette histoire qui s'inspire largement de celle dont nous sommes tous fans!!! Je fonctionne par séquence: chaque épisode compte 5 séquences, donc en moyenne 10 pages de scénario par séquence pour arriver à un résultat de 45 / 50 pages dans l'épisode...
Je mettrais la liste des épisodes dans quelques temps... ainsi que celle des personnages.


Mais pour l'instant, voici le synopsis

" La grande croisière Etats-Unis - Japon rassemblait chaque année plus de 500 voyageurs, dispersés dans le monde, à bord d'un bateau.
En mai 2007, le bateau fut construit comme un AJC-boat énorme qui partit de San Francisco pour rejoindre les îles Okinawa. Le pilote comptabilisa 745 passagers. Pour arriver à destination, ils durent patienter 6 jours et 6 nuits.
Au réveil du septième jour, le 14 mai 2007, sans comprendre comment ni pourquoi, il ne restait que 16 personnes présentes sur le bateau. Etant arrivés, les survivants restants descendirent et atteignirent l'île, après avoir remarqué l'absence des autres. La veille, tout le monde était là...
Sur les 16, l'un était japonais et avait déjà vu à quoi ressemblaient les îles Okinawa. Après réflexion, tous se dirent qu'ils étaient arrivés dans un lieu inconnu, que le bateau s'était trompé...
Ils cherchèrent rapidement à l'entrée de l'île le moindre signe de vie des autres voyageurs mais ne trouvèrent personne...
En revenant au point de départ, ils découvrirent avec inquiétude que le bateau avait totalement disparu, alors que plus personne ne se trouvait à l'intérieur...
La panique s'installa, et tous demeurèrent prisonniers ici...
Leur mission: Survivre, retrouver le reste des survivants, comprendre ce qu'il se passe, et explorer l'île...
Est-ce le hasard ou le destin ? Pourquoi ces 16 personnes en particulier?"

A suivre:

SAISON 1

Episode 1: Effectif réduit 1/2 (No centric)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 24 Mai 2009 - 19:25 
Hors ligne
Naufragé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 19 Mar 2009 - 21:14
Messages: 214
esque ce sera des vidéos ?

_________________
Bande annonce saison 5 épisode 11 et 12


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 24 Mai 2009 - 19:37 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
Image Locke108 a écrit:
esque ce sera des vidéos ?



Si seulement j'avais le pouvoir d'écrire par l'image... :rire:


Non, non c'est évidemment de l'écriture.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 27 Mai 2009 - 09:10 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
LES PERSONNAGES:


- Personnages principaux:


Marc Stevenson : Avocat américain âgé de 36 ans.


Julia Hogan : Hôtesse de l'air australienne âgée de 28 ans.


Greta Kylberg : Suédoise âgée de 48 ans, professeur de langues.


Harry Jones : Etudiant anglais âgé de 24 ans.


Ryo Ito : Scientifique japonais âgé de 53 ans.


Stephen Adams : Patron américain d'une entreprise immobilière. Agé de 39 ans.


Carole Adams : Mariée à Stephen. Secrétaire américaine âgée de 33 ans.


Joseph Niari : Médecin congolais âgé de 44 ans.


Alexandra Dever : Psychologue américaine âgée de 36 ans.


Bill Dever : Enfant d'Alexandra âgé de 5 ans.


Beatrice & Elizabeth Marta-Wexler : Jumelles âgées de 22 ans. Etudiantes.


Bryan Kroucher : Informaticien américain âgé de 35 ans.


Leon Garreth : Ecrivain canadien âgé de 45 ans.



-Personnages récurrents:


Steve et Cindy

Albert

Jérôme



Liste des épisodes:

SAISON 1

Episode 1: Effectif réduit 1/2 (No centric)
Episode 2: Effectif réduit 2/2 (Multi centric)
Episode 3: Le grand projet (Ryo centric)
Episode 4: Affaire à suivre (Marc centric)
Episode 5: Itinéraire mal tracé (Julia centric)
Episode 6: ??????????
Episode 7: ??????????
Episode 8: ??????????
Episode 9: ??????????
Episode 10: ??????????
Episode 11: ??????????
Episode 12: ??????????
Episode 13: ??????????
Episode 14: ??????????
Episode 15: ??????????
Episode 16: ??????????
Episode 17: ??????????
Episode 18: ??????????
Episode 19: ??????????
Episode 20: ??????????
Episode 21: ??????????
Episode 22: ??????????
Episode 23: ??????????
Episode 24: ??????????


Dernière édition par Numero 12 le Mer 27 Mai 2009 - 09:20, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 27 Mai 2009 - 09:16 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
EPISODE 1: Effectif Réduit 1/2 Séquence 1/5


INT. Bateau AJC-BOAT Restaurant 3 - SOIR

13 mai 2007. 22 heures. Les 745 naufragés du AJC-boat passent leur dernier repas. Plusieurs restaurants sont mis à disposition, 5 exactement. De grandes tablées puis de plus petites occupent les salles. Dans chaque coin de tous les restaurants, un haut-parleur est accroché. A cet instant, tous grésillent en même temps; le pilote principal du bateau s'apprête à faire une déclaration aux passagers.

MONSIEUR FOLK
Mesdames et messieurs, notre séjour touche à sa fin. Je sais, 6 jours et 6 nuits c'est long. J'imagine votre soulagement, mais en ce qui me concerne, je suis triste de vous dire adieu, car une semaine de voyage passée avec des gens aussi sympathiques fut un honneur pour moi. Profitez bien de votre dernier dîner. Les cuisiniers ont-ils été à la hauteur?

Rire général.

MONSIEUR FOLK
Dans quelques heures, nous pourrons apercevoir une légère partie des îles Okinawa. Je vous conseille néanmoins de ne pas trop traîner, si j'ose dire, car nous accosterons aux alentours de 9 heures du matin. Il faut vous reposer. A ce propos, les chambres étaient-elles confortables?

Un énorme "oui" se fait entendre, comme si les passagers rentraient dans le jeu du pilote. Lorsque le silence revient, un petit homme vieux se plaint gentiment. Puis Monsieur Folk reprend son discours.

MONSIEUR FOLK
J'entends quelques cris, espérons pour moi et l'équipage qu'ils sont positifs. Enfin, je suis épuisé, il est temps pour moi d'aller me coucher, mon camarade va finir le trajet. AJC-boat et moi-même vous souhaitons une excellente nuit, chers voyageurs, ainsi que de merveilleuses vacances à Okinawa. Au revoir.

Les haut-parleurs s'éteignent. Les naufragés reprennent leur discussion tout en terminant leur repas. Dans le restaurant numéro 3, 150 personnes s'y trouvaient. Parmi eux, un groupe d'une dizaine d'hommes, certains d'origine étrangère, discutaient bruyamment et ne passaient pas inaperçus. Ils avaient terminé leurs assiettes, et se lançaient dans une partie de cartes.

LUC
Mais qu'est-ce qui fout Albert, c'est pas vrai? On est en train de se faire atomiser avec Titi, Dan, Coco et Roro.

DAN
Faut admettre qu'il en met du temps, et un joueur en moins ça fait tout de suite la différence.

LUC
Mais bon Dieu, il faut qui revienne, ça fait une plombe qu'il est aux toilettes... Et puis, les gars, on a une réputation à soutenir, héhé.

MAT
Déjà avec Albert c'était pas folichon, mais là, c'est un déluge, on les pulvérise... hein les gars?

FRED, MIKE, JO, VIC & DOUDOU
Ouais!!!

SIMON
Vous devriez arrêter la partie, les gars. Il se fait tard et je suis fatigué.

LUC
Pourquoi t'as pas voulu jouer?

SIMON
Les jeux de cartes, non seulement j'aime pas ça, puis j'y comprends rien.

MIKE
Heureusement, t'es un super archéologue, c'est déjà ça...

SIMON
Je ne vois pas le rapport...

DOUDOU
Y'a pas à dire, toi et Albert vous êtes des pointures.

SIMON
Ca m'inquiète de ne pas le voir revenir. Peut-être qu'il s'est fait capturer.

MAT
Hahaha... par qui? Balivernes! Tu vas un peu loin, héhé.

JO
Tu crois quoi, Simon?

SIMON
Je suis archéologue, je crois en beaucoup de choses. C'est quand même étrange cette histoire...

VIC
Mais il est juste parti pisser un coup, il a rencontré une demoiselle puis il discute, faut pas s'inquiéter.

LUC
Toute façon, on va pas se pointer à 12 pour voir ce qu'Albert trafique. Surtout aux toilettes... on va passer pour qui?

SIMON
Mouais... bon les gars, moi je vous dis à demain, je ne tiens plus assis. Bonne nuit à tous, et Okinawa n'a qu'à bien se tenir, hinhin... On va en trouver de la caillasse!

Tout le monde se marre et souhaite une bonne nuit à Simon, qui petit à petit sort du champ de vision de ses camarades.

FRED
Moi aussi je vais me coucher. Bonne nuit.

Fred s'en va.

MAT
Bon ba un petit 5 contre 5, ça vous dit?

JO
Et pour Albert?

MAT
Il se débrouille... tant pis pour lui... on va pas l'attendre.

CUT TO:

INT. BATEAU AJC-BOAT RESTAURANT 2 - SOIR

23 heures 30. Le restaurant commençait doucement à se vider de ses consommateurs. On en comptait plus que 76 au numéro 2. Curieusement, une belle femme et son jeune enfant demeuraient encore à table, avec un couple de retraités. Ils conversaient ensemble depuis un moment.

CHARLES
Ma femme Heather et moi-même sommes passionnés de voyages, et ce depuis notre première rencontre. Nous fêterons notre 38èm anniversaire de mariage le mois prochain.

HEATHER
Et vous, mademoiselle? Êtes-vous mariée?

La curiosité de ce vieux couple commence à agacer la jeune femme. Son visage se noircit.

ALEXANDRA
Je préfère éviter ce sujet, si ça ne vous dérange pas. C'est une histoire compliquée et il est hors de question que j'en parle devant mon fils.

Bill est assis sur les genoux de sa mère. Il ne bouge pas et regarde devant lui inconsciemment. Ces yeux se fermaient petit à petit.

HEATHER
Votre enfant est adorable en tout cas.

ALEXANDRA
Merci... il est surtout très fatigué... je crois qu'il est temps d'aller se coucher. Cette croisière a été très longue pour nous tous, mais vous connaissez les enfants... ils sont encore moins patients.

CHARLES
Nous comprenons parfaitement. Ma femme et moi aimons rester éveillés... nous ne sommes plus des jouvenceaux mais nous gardons cependant une forme olympique.

La jeune femme sourit.

ALEXANDRA
C'est respectable. Je vous souhaite une très bonne nuit, et de bonnes vacances. Allez viens mon chéri, on va au dodo.

CHARLES, HEATHER
Ravis de vous avoir rencontrée.

Alexandra se dirige vers le couloir des chambres comprises entre les numéros 480 et 612. Elle portait Bill.

BILL
Maman?

ALEXANDRA
On arrive à la chambre, mon chéri.

BILL
Le faucon me regarde...

ALEXANDRA
Qu'est-ce que tu racontes?

BILL
Ses yeux rouges, j'ai rien fait, mais il me regarde toujours...

ALEXANDRA
Tu fais un cauchemar, mon chéri... c'est rien.

BILL
Non... Maman, il faut rentrer à la maison... Ca fait depuis ce matin que le faucon me surveille...

ALEXANDRA
Ca suffit, Bill... on est arrivés.

Vue de l'extérieur. Alexandra ouvre la porte de la chambre numéro 572, entre, et la referme à clé.

CUT TO:

INT. BATEAU AJC-BOAT CHAMBRE 58 - SOIR

14 mai 2007. Minuit. Un couple congolais se trouve à l'intérieur d'une chambre, éclairée par deux lampes de chevets placées sur les tables de nuit. Ils sont allongés dans le lit et discutent avec sincérité.


JOSEPH

Ecoute Kenza, nous en avons déjà parlé... le mariage est une chose dont je réfléchis très sérieusement. Je ne veux pas brusquer les choses. J'ai déjà perdu une femme parce que j'étais précipité... et ça a payé. Je ne veux plus revivre ce que j'ai vécu... je ne veux pas te perdre.

Il lui passe la main sur le visage.


KENZA
Moi non plus je ne veux pas te perdre... je t'aime, il n'y a aucun risque. Ce que je veux te faire comprendre, c'est que je suis prête. Nous n'avons plus 20 ans...

JOSEPH
Il faut que je trouve un moyen spécial pour te le dire, je n'y arrive pas encore... On se connaît depuis 2 ans, je préfère attendre encore un peu...

KENZA
Puis-je te poser une question?

JOSEPH
Absolument.

KENZA
Pourquoi m'as-tu emmenée en croisière? Et au Japon?

JOSEPH
Un homme n'a pas le droit d'emmener sa petite amie en vacances?

KENZA
Si. Bien sûre que si, mais je voulais te demander... tu pars avec moi pour oublier?

JOSEPH
Oublier quoi?

KENZA
Tu sais bien, le fait que...

Joseph coupe son amie gentiment.

JOSEPH
Mon ex-femme est partie vivre en France à Paris avec mes 2 enfants que je n'ai pas vus depuis plus de 10 ans maintenant... Jamais je n'oublierai ce qu'elle m'a fait... En ce moment, mes deux garçons sont adolescents, et je ne les connais pas du tout. Je vis dans l'ignorance... Ce qu'ils aiment? Comment ils sont? Comment leur mère parle-t-elle de moi? Je ne sais rien... Toutes les nuits cette situation me torture l'esprit. Mais depuis que tu es arrivée, c'est différent... j'ai retrouvé le sourire. Je me dis que j'ai une bonne raison de continuer d'avancer... Si tu n'avais pas été là, la solitude m'aurait rongé petit à petit. Te savoir loin de moi me tuerait...

La jeune femme sourit avec amour et embrasse Joseph.

KENZA
Je suis là... On ne se perdra pas..., c'est fini tout ça.

JOSEPH
Dormons à présent.

Ils se prennent la main et finissent par s'endormir.

CUT TO:

INT. BATEAU AJC-BOAT RESTAURANT 1 - SOIR

1 heure du matin. Il ne reste plus personne dans les restaurants 2, 3, 4 et 5. Seul le numéro 1 gardait encore 7 personnes, et d'ailleurs, les 7 personnes encore éveillées sur les 745. Les responsables, au nombre de 2 débarquent dans le restaurant en priant les 7 dernières personnes de bien vouloir sortir. Tous les restaurants devaient normalement fermer à minuit.

RESPONSABLE 1
Je suis désolé messieurs dames, mais je vais vous demander de quitter ce restaurant et de bien vouloir aller vous coucher.

RESPONSABLE 2
Nous avons déjà 1 heure de retard, et nous ne pouvons nous permettre de vous faire traîner plus ici. Si vous voulez bien vous donner la peine de partir.

6 se lèvent et partent. Il n'en reste plus qu'un. C'est un homme à la quarantaine d'années, aux cheveux déjà gris, aux lunettes fines, lui permettant de lire, et au physique très banal. Une cigarette à la main, cet homme lisait.

RESPONSABLE 1

Monsieur, excusez-moi, pourriez-vous avoir l'obligeance de quitter cette pièce et de finir votre lecture dans votre chambre, je vous prie?

LEON
Moui, oui... je vais y aller. C'est dommage pourtant, car cet endroit m'inspirait profondément.

RESPONSABLE 2
Je vous demande pardon?

LEON
Eh bien oui... je sais, dit comme cela, ça paraît stupide, mais si on y réfléchit bien... le restaurant est un lieu très enrichissant, qui moi personnellement me plaît énormément. Je consacrerai une partie spéciale grâce à cette pièce dans mon prochain ouvrage.

Les responsables discutent doucement entre eux.


RESPONSABLE 2
Euh... il a pas dû supporter le vin qui a été servi ce soir...

RESPONSABLE 1
Il est sérieux ou il se fout de notre gueule?

LEON
Rassurez-vous...je fume mais je ne bois pas. Il faut rester un minimum lucide dans ma profession, sinon on perd de sa concentration. J'ai aussi l'ouïe fine, et pour répondre à votre question, non je ne me fous pas de votre gueule. Je suis parfaitement sérieux.

RESPONSABLE 1
Bon, toujours est-il que vous devez aller vous coucher.

LEON
Il n'y a plus rien d'ouvert?

RESPONSABLE 2
Non. A part ce restaurant. Nous sommes les derniers debout, avec le pilote bien sûr.

LEON
Bon... dans ce cas... Je vais aller me coucher et reprendre ma lecture le plus tôt possible demain. Bonne nuit, messieurs.

Leon est le dernier passager à aller se coucher. Les responsables ferment le restaurant et se retirent. Le silence est total. On entend plus que le bruit du bateau. Tout est noir à l'intérieur. Tout le monde dort. L'arrivée à Okinawa est désormais proche...


"Générique": LES EXPLORATEURS



A suivre, Episode 1 séquence 2...


Dernière édition par Numero 12 le Mer 27 Mai 2009 - 10:33, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 27 Mai 2009 - 09:46 
Hors ligne
Golfeur professionnel
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 25 Aoû 2005 - 13:55
Messages: 655
Localisation: Bermuda Love Triangle
Ca alors, quel courage, et en plus tu en es déjà à l'épisode 5, chapeau...

J'aime bien pour l'instant, c'est difficile de juger mais c'est patiemment mis en place. Et je crois que j'aime déjà Leon :D

Par contre, j'ai trouvé la scène du couple congolais un peu didactique, vu que j'imagine qu'on aura des flash-backs, on sait déjà ce qu'il s'est passé... mais je me tais, et j'attends. Je pense que tu sais ce que tu fais.

_________________
...Retour à la Réalité... --- ...Back to Reality...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 27 Mai 2009 - 10:13 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
Image Zurabinho a écrit:
Ca alors, quel courage, et en plus tu en es déjà à l'épisode 5, chapeau...

J'aime bien pour l'instant, c'est difficile de juger mais c'est patiemment mis en place. Et je crois que j'aime déjà Leon :D

Par contre, j'ai trouvé la scène du couple congolais un peu didactique, vu que j'imagine qu'on aura des flash-backs, on sait déjà ce qu'il s'est passé... mais je me tais, et j'attends. Je pense que tu sais ce que tu fais.



Merci :rire:

En fait oui, ta remarque est très pertinente sur les congolais... C'est un peu trop instructif pour un tout début d'épisode, mais ce n'est pas un hasard, vous finirez par comprendre. Je suis sélectif, sur certains on ne saura absolument rien avant les flashs, sur d'autres il y a des indications orales :) Après la conversation aurait été plus ou moins inutile donc je devais apporter quelques éléments, il paraissent énormes, mais ils ne le sont pas vraiment...
C'est vrai que sur une séquence, il ne se passe pas grand chose, c'est très rapide à lire, c'est un peu pauvre... mais petit à petit ça va se gâter...
L'objectif pour moi en tant que "narrateur", c'est de vous familiariser un peu avec les différents personnages: essayer de les comprendre, analyser leur façon d'être etc. Il faut que vous les maîtrisiez, donc j'apporte des choses un peu brusques parfois, mais elles peuvent être piégées... avec moi tout peut se passer :twisted:


Tout petit spoiler:

Spoiler:

Ne pas oublier Monsieur Folk, le pilote...



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 27 Mai 2009 - 10:33 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
EPISODE 1: Effectif réduit 1/2 Séquence 2/5


INT. Bateau AJC-BOAT Chambre 324 – MATIN

11 heures 30. A la grande surprise de Marc Stevenson, le réveil n'avait pas sonné. Précipité, il se lève paniqué de son lit défait, après s'être souvenu que tous les passagers devaient descendre avant 9 heures.

MARC
Bon sang, je suis le dernier sur le bateau ou quoi ? Pourvu qu'il soit encore à l'arrêt ! Mon dieu, faites qu'il soit encore à Okinawa.

Il s'habille en vitesse.

MARC
Mais... où sont passées mes autres affaires ? Mon téléphone portable était bien sur la table de nuit..., je ne comprends pas..., mon portefeuille aussi... Dites-moi que je rêve ! On m'a volé, c'est pas possible ! C'est quoi cette histoire, j'ai fermé à clé !

Marc reprend ses esprits et s'immobilise net pour voir si le bateau est en mouvement. Soulagé d'apprendre qu'il est à l'arrêt, il souffle. En revanche, il fronce les sourcils lorsqu'il entend de petits pleurs, et quelques paroles. Cela venait de la chambre voisine. Marc n'était pas le dernier passager à bord. La porte voisine s'ouvre, et Marc colle son oreille contre la sienne, où il ne pouvait distinguer que de légères paroles.

BEATRICE
Mais où es-tu?

ELIZABETH
Que se passe-t-il, ici ? Je ne comprends rien...

BEATRICE
C'est toi encore qui a manigancé ça ?

ELIZABETH
Comment ?

BEATRICE
Où est Jimmy ?

Elizabeth a les larmes aux yeux.

ELIZABETH
Mais que crois-tu ? Je n'ai absolument rien fait. Comment et pourquoi ferais-je une chose aussi atrocement incompréhensible ?

BEATRICE
Tu ne l'aimais pas, mon Jimmy. Tu prétendais qu'il était pas assez bien pour moi. Donc comme je suis ta jumelle, à tes yeux il ne convient pas.

ELIZABETH
Arrête de croire en des choses absurdes, s'il te plaît ! Je n'ai rien à voir avec ce qui se passe.

BEATRICE
Sommes-nous les seules à être encore ici ?

ELIZABETH
Je n'en sais rien.

Un silence. Les deux sœurs se prennent dans les bras. A cet instant, Marc décide de sortir de sa chambre, qui apparemment n'avait pas été fermée à clé la veille. Il tombe sur les jeunes filles enlacées. Elles se délacent petit à petit et remarque la présence de Marc. Il leur adresse un léger sourire avant de reprendre son air interrogateur, quant à la mystérieuse situation dans laquelle ils se trouvent.


BEATRICE
C'est vous, Monsieur Stevenson...

MARC
Vous ne vous êtes pas réveillées non plus ?

ELIZABETH
On nous a volé nos affaires de voyage. Les autres chambres de ce couloir sont toutes vides et impeccablement rangées. J'ai peur...

BEATRICE
Jimmy a disparu.

MARC
Ecoutez, mesdemoiselles. Je crains que nous ne soyons les victimes d'une odieuse plaisanterie... je ne sais pas de quoi il s'agit. Moi aussi on m'a pris mes affaires..., mais je vous jure qu'on va trouver le ou les responsables. Je veillerai sur vous. D'abord, contentons-nous de trouver, s'il en reste, les autres naufragés pris au piège dans ce larcin sournois. Suivez-moi, restez calme, et je vous promets que tout se passera bien. Allons-y, commençons par fouiller en détail notre couloir.

CUT TO :

INT. Bateau AJC-BOAT Chambre 181 – MATIN

11 heures 50. Une fille est recroquevillée et terrifiée sur un lit. Un jeune homme tente de la calmer.

HARRY
Je vous en prie, tendez-moi votre main et sortons de cette chambre.

JULIA
Je ne bougerai pas d'ici avant d'avoir compris ce qui se trame.

HARRY
Vous risquez d'attendre un moment alors... Allez, soyez gentille, donnez-moi votre main.

JULIA
C'est vous qui allez devoir être gentil. Restez dans cette chambre ou sortez, mais surtout, ne me suppliez plus de sortir d'ici.

HARRY
Je ne vois pas la différence entre rester dans cette chambre et traîner dans le couloir.

JULIA
Faites encore un saut dans le couloir, et analysez attentivement. Vous comprendrez la différence.

HARRY
Très bien. Attendez-moi là.

Harry sort sceptique de la chambre. Il fait quelques pas dans le couloir et se stoppe brusquement, lorsqu'il comprend pourquoi il valait mieux ne pas sortir. Harry se met à trembler de peur. Il aperçoit des bouts de verre au sol, des traces de mains sanglantes sur les murs, une hache décomposée tâchée de rouge, des petites empreintes de pas charbonnés.

HARRY
Mon dieu...

Il se rend compte que les traces et les empreintes continuent jusqu'au bout du couloir. Lorsqu'il se retourne et décide de regagner la chambre 181, il tombe nez à nez avec l'apparition fantomatique d'une petite fille. Couverte de sang, la petite respire très fort et fixe de façon terrifiante Harry dans les yeux. Surpris, le jeune homme recule de quelques mètres, presque en pleurant.


HARRY
Marie ? C'est toi ?

La petite fille respire toujours aussi fort et se met à chuchoter.

FANTOME MARIE
Iouqruop ut sam eénissassa... ? Ej et saisaif ecnanifnoc...

Toujours fixant Harry, elle se met à sourire :biz:arrement. On pouvait y voir une bouche pleine de dents cassées et trouées avec du sang qui coulait le long du menton.

FANTOME MARIE
Ut sav reyap roup aç, yrraH.

La petite fille disparaît, mais les traces et les empreintes sont toujours là. Harry souffle, et met un genou à terre, comme s'il venait de prendre une balle. Il ferme les yeux un bon coup, et les rouvre, avant de retourner dans la chambre. Il rejoint Julia.

JULIA
Vous saisissez, maintenant ?

Harry est encore sous le choc.

HARRY
Oui...

JULIA
Donc, vous en concluez ?

HARRY
Qu'il faut sortir au plus vite de ce couloir et de ce bateau.

JULIA
Hein ? Mais non...

HARRY
Ecoutez ce que je vais vous dire... faites-moi confiance, cet étage est maudit, hanté, tout ce que vous voulez. Vous n'avez certainement pas vu tout ce que j'ai pu voir. Allons dans le salon principal pour nous calmer un peu... il est peut-être ouvert. Avec un peu de chance, nous ne sommes pas les seuls à encore être sur ce bateau. On ne va pas le quitter avant d'avoir la certitude que plus personne n'y est. Mais il y a aussi une chose que nous n'allons pas faire, c'est nous planquer en attendant que les choses se passent. Alors, je vous en prie, donnez-moi votre main et foutons le camp de cet étage.

Tremblante, Julia tend la main vers Harry, qui lui la saisit.


HARRY
Bien. C'est parti.

CUT TO :

INT. Bateau AJC-BOAT – SALON PRINCIPAL – MIDI

Midi. 10 naufragés se trouvent dans le salon principal. 9 sont installés sur un divan unique qui forme un arc de cercle, de manière à ce que le 10ème debout puisse communiquer facilement avec. Placé tel un orchestre devant ses 9 camardes, l'homme debout n'était autre q'un scientifique japonais, connu sous le nom de Ryo. Les mains dans le dos, il regardait le plafond, et attendait le moment propice pour faire un discours. Les comportements des neuf autres variaient selon les personnes. De gauche à droite, sur le divan demi-circulaire, il y avait la troupe de rescapés suivante : Greta Kylberg, femme mûre et suédoise, était assise les bras et les jambes croisés, le regard dans le vide. Ensuite, le couple Steve et Cindy, les visages abattus, était tendu. Ils se tenaient la main. En plein milieu du divan, voici M. Kroucher, Bryan de son prénom. L'air complètement distrait, les bras croisés et jambes posées, Bryan semblait calme. Pour continuer, Alexandra, tranquillement assise, observait sans relâche Bill, qui lui était posé comme un enfant de son âge ; les deux bras allongés sur les genoux, la bouche inférieure mâchée par les incisives supérieures, et les jambes en mouvement. En avant dernière position, on pouvait remarquer ce couple à la complicité forte mais sournoise, Stephen et Carole, dont leur position paraissait parfaitement symétrique. De temps en temps, on entendait Stephen siffloter. Enfin, pour terminer, Leon, l'écrivain solitaire, était le personnage le plus mystérieux de la troupe au vu de son comportement. Il n'est pas toujours évident de voir clair dans son petit jeu. Quelques sourires par-ci, par-là, quelques chuchotements. Ces réactions étranges que dégageait Leon ne laissaient pas indifférent Ryo. Il le regardait avec soupçon, sans rien dire. Le silence est quasi-total jusqu'à ce que l'aiguille noire de l'horloge du salon se pointe sur le « 10 ». 12 heures 10, Harry débarque avec Julia. Nos rescapés sont au nombre de 12 désormais, sans compter Marc et les jumelles. Au compteur, 15 naufragés sont pris au piège.

RYO
Et deux de plus ! Prenez place, je vous prie. Vos camarades vont vous en faire une.

Harry s'assoit aux côtés de Greta, et Julia aux cotés de Leon.

RYO
Mes amis, j'ai peur de ne pas avoir de bonnes nouvelles à vous annoncer. Cela aurait très bien pu arriver à n'importe lequel d'entre vous, mais il a fallu que je sois le premier à être mis au courant.

CAROLE
Au courant de quoi ? Par qui ?

RYO
Je me suis rendu compte moi-même sans le vouloir d'un élément essentiel faisant partie de ce de canular, comme on l'appelle tous, que nous aurait fait les responsables de ce bateau.

STEVE
Je dois avouer que votre information nous serait d'une aide précieuse. Elle nous permettra de comprendre un peu mieux cette situation dans laquelle nous nous trouvons.

RYO
Moi, quand j'ai su cela, ce n'est pas comprendre comment ça s'est passé qui m'a frappé..., mais pourquoi... ? Pourquoi nous ? Pourquoi ça ? Et surtout, pourquoi là ?

BRYAN
Bon vous la crachez votre pastille ! C'est déjà assez dur de capter quoique ce soit, alors si en plus vous tournez autour du pot, on ne s'en sortira jamais.

HARRY
Qui nous dit que c'est un canular ?

RYO
Vous avez raison. En fait ce qui se passe...

Il s'interrompt en observant Leon.

RYO
Mais pourquoi vous prenez des notes, vous ?

LEON
C'est interdit au Japon ? Il fallait me le dire... Sachez que je prends des notes lorsque je suis intéressé, c'est une habitude que j'ai prise... ça n'a pas l'air d'être le cas de tout le monde...

STEPHEN
Je trouve maladroit de votre part de le prendre sur ce ton, M. l'écrivain. Je vous rappelle quand même que...

Greta coupe la parole à Stephen.

GRETA
Laissez-le donc prendre des notes, enfin. Qu'est-ce que cela peut-il vous faire au bout d'un moment ?

Ryo reprend les choses en mains.

RYO
Je vous en prie, calmons-nous. La parenthèse est fermée. Il ne fallait pas s'alarmer pour si peu. Excusez-moi M. Garreth.

LEON
Excuses acceptées.

ALEXANDRA
Alors, M. Ito, de quelle information s'agit-il ?

HARRY
A oui à propos, désolé de vous couper, nous avons croisé il y a quelques minutes avec Julia un homme accompagné de deux sœurs jumelles déjà adultes. Il serait peut-être bon de les attendre.

RYO
Vous faites bien de me le dire maintenant.

1 minute s'écoule sans un bruit, et le grincement de la porte qui mène au salon se fait entendre pour nos 12 rescapés. Il est 12 heures 15.

MARC
Bonjour à tous. Nous sommes 4 à s'ajouter à votre petite troupe.

CUT TO :

15 minutes plus tôt

Midi. Marc et les jumelles avaient terminé l'inspection de leur étage, des chambres numéro 214 à 346. Toutes les chambres sans exception étaient parfaitement rangées, propres et vides...

MARC
C'est diaboliquement incompréhensible. Tout est nickel de la même manière. Je suppose que si on va au premier étage, c'est pareil.

ELIZABETH
Il doit y avoir cinq étages à chambres. Je crois qu'on devrait tout regarder. Qu'en pensez-vous ?

MARC
Ca, c'est certain. Si je me souviens bien, nous étions 745 à bord de ce bateau. Pourquoi ne serions-nous que 3 rescapés ? Tout cela n'a aucun sens...

BEATRICE
Le but de ces manipulateurs odieux est justement que leurs victimes trouvent cette situation insensée. Nous sommes en train d'annoncer ce qu'ils réclament.

ELIZABETH
J'ai cette impression aussi d'être surveillée sans cesse. Qui peut bien être à l'origine de tout ça ?

MARC
Pitié, on panique déjà assez... Pour le moment, évitons de nous poser ces questions et dirigeons-nous vers ce premier étage.

Les 3 naufragés descendent les marches et arrivent au bout du premier étage. Le panneau indique « chambres 1 à 213 » C'est le couloir le plus grand. Ils relèvent la tête et découvrent avec horreur les traces de sang sur les murs, ainsi que les empreintes. Les jumelles, étrangement, se mettent à genoux en même temps, laissant couler quelques larmes.

MARC
Qu'est-ce que...

Marc reste statufié, et finit par crier.

MARC
Si c'est une blague qu'on nous fait, eh bien elle n'est pas drôle du tout !

A la suite de ce hurlement, la porte de la chambre 181 s'ouvre. Marc et les jumelles voient en sortir Harry et Julia.


HARRY
Dieu merci, il y a quelqu'un. Comment allez-vous ? Vous êtes blessés ?

MARC
Absolument pas. Que signifie...

HARRY
Nous n'en avons aucune idée non plus. Tout ceci est terrifiant.

ELIZABETH
Sortons de cet étage, M. Stevenson.

JULIA
Nous allons dans le salon avec Harry. Venez avec nous.

MARC
Faites ce que vous voulez, moi je finis cet étage, ainsi que les 3 autres.

BEATRICE
Je reste avec vous, Marc. Il faut que je sois là si l'on retrouve Jimmy.

HARRY
Tous les 3, rejoignez-nous lorsque vous aurez fini vos recherches. Nous vous attendrons avec Julia.

Les deux jeunes gens disparaissent de la vue des autres. Après l'avoir inspecté vaguement, ils se rendent compte que ce couloir est l'inverse du précédent. Les chambres sont complètement désordonnées ; lits non faits, tables renversées, papiers blancs qui traînent au sol. Arrivés à la chambre 64, nos 3 héros sont arrêtés par des cris puissants et des bruits violents. Ce vacarme venait de la chambre 58.

JOSEPH
Aaaaaaaaahh !!!!! Nooooooooon !!!!!! Kenzaaaaa !!!!

Joseph se calme.

JOSPEH
Kenza... mais pourquoi, mais que se passe... Je fais un cauchemar, il faut que je me réveille. Allez Joseph... tu vas certainement te réveiller... Allez Joseph, à 3 tu te réveilles.

Il ferme les yeux.

JOSEPH
1, 2, 3.

Il ouvre les yeux.

JOSEPH
C'est bien la réalité... C'est injuste, j'ai déjà trop souffert...

La porte s'ouvre de la chambre, mais Joseph reste de marbre.

MARC
Monsieur ?

JOSEPH
Allez-vous en...

Le dos retourné aux 3 rescapés, Joseph prie.

MARC
S'il vous plaît, ne restez pas seul, venez avec nous, je suis sûr qu'on s'en sortira.

JOSEPH
« Qu'on s'en sortira ? » Hahahaha. Regardez où nous sommes, vous n'avez rien remarqué ?

MARC
Euh...

JOSEPH
Figurez-vous que j'ai inspecté toutes les pièces de ce bateau, et vous savez ce qui est le plus étonnant ? Tout est ouvert... absolument tout. La cabine de pilotage, les restaurants, les salles de jeux, tout, tout, tout, et re tout ! J'ai cherché partout Kenza, partout, elle n'y est pas. J'ai aussi aperçu dans le salon une troupe de personnes, mais pas de Kenza, alors j'ai continué de chercher sans me soucier d'eux.

MARC
Vous voulez dire que vous avez vu d'autres personnes sur ce bateau ?

JOSEPH
Oui, à vue d'œil, ils étaient une dizaine.

MARC
Parfait. Allons-y.

JOSEPH
Non. Je ne viens pas... Laissez-moi, s'il vous plaît...

BEATRICE
J'ai cru comprendre que vous avez perdu votre femme...

JOSEPH
Oui...

BEATRICE
Oui..., moi aussi on m'a pris l'homme que j'aimais, celui avec qui je comptais passer le reste de mes jours. C'était dur cette première heure, mais je vais me battre, pour tenter de le retrouver. C'est justement l'amour profond que je lui porte qui m'empêche de me morfondre. Je ne sais pas ce qu'il est devenu..., mais je suis sûre qu'il est encore vivant quelque part. Toutes ces personnes chères que nous avons vues disparaître ce matin, ont besoin de notre aide, monsieur...

JOSEPH
Niari..., mais appelez-moi Joseph.

BEATRICE
Joseph..., ces personnes ont besoin de nous. Ne tenteriez-vous pas tout pour retrouver votre femme?

JOSEPH
Je...

BEATRICE
Venez avec nous. Nous serons solidaires. Tous autant les uns que les autres, ne serait-ce que pour toutes les personnes qui comptent à nos yeux.

JOSEPH
J'accepte.

MARC
Très bien. Allez, on y va.

12 heures 13. Joseph, Marc, Elizabeth et Beatrice se rendent au salon, avec les 12 autres naufragés.


A suivre, Episode 1 séquence 3...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 28 Mai 2009 - 18:26 
Hors ligne
Golfeur professionnel
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 25 Aoû 2005 - 13:55
Messages: 655
Localisation: Bermuda Love Triangle
J'aime toujours bien^^ je ne sais pas si tu attends d'autres commentaires pour continuer à poster, les gens qui lisent n'écrivent pas forcément ce qu'ils en pensent (cf la fiction d'irajonas, que j'aime bien mais comme j'en suis qu'au début...)... enfin ça se trouve tu espaces juste les épisodes pour que ça tienne le rythme de l'écriture. Enfin j'attends la suite en tout cas. :wink:

_________________
...Retour à la Réalité... --- ...Back to Reality...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 28 Mai 2009 - 19:16 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
EPISODE 1: Effectif réduit 1/2 Séquence 3/5


INT. Bateau AJC-BOAT Salon principal – MIDI

Il est 12 heures 15. Le grincement de la porte qui mène au salon se fait entendre par les 12 autres naufragés.

MARC
Bonjour à tous. Nous sommes 4 à s'ajouter à votre petite troupe.

RYO
On m'avait prévenu. Ca tombe bien que vous soyez là. Je dois tous vous informer de quelque chose. Installez-vous.

Il ne restait que 2 sièges. Elizabeth et Beatrice se posent dessus, chacune de leur côté. Marc et Joseph quant à eux, n'avaient plus d'autres choix que de rester debout. Tous deux se tiennent près de Ryo, en tant que seconds porte-parole.

MARC
C'est en rapport avec ce qui se passe ici ?

RYO
Dieu seul connaît la réponse malheureusement. Personnellement je dirai que « oui ».

GRETA
Nous pourrions peut-être en discuter ensemble quand vous aurez enfin décidé de nous dire de quoi il s'agit. Tout le monde s'impatiente. Regardez-moi ce pauvre couple. Ils sont bouleversés, ne voyez-vous pas ? Leur fille fait partie des disparus. Mettez-vous à leur place.

CINDY
Nous sommes anéantis, dites-nous tout, monsieur.

RYO
Le problème, c'est que je ne vais pas m'amuser à le répéter. Si par hasard d'autres gens coincés encore ici viendraient au dernier moment dans cette pièce, il faudrait tout recommencer.

Marc sourit légèrement avec satisfaction.

MARC
Je crois qu'on peut apporter une réponse instructive à votre interrogation.

JOSEPH
Il n'y a plus personne.

RYO
Ah vraiment ?

JOSEPH
J'ai fouillé toutes les salles du bateau. D'ailleurs, j'ai été surpris de constater que tout était ouvert. On cherche à nous narguer...

RYO
Intéressant.

JOSEPH
Chose encore plus étonnante, lorsque je suis arrivé dans la cabine de pilotage, celle-ci étant vide bien sûr, je me suis aperçu que le bateau avait déjà accosté, et ce depuis un certain moment. J'ai pu donc apercevoir un morceau de terre, une péninsule juste en face de moi. Le parking du bateau était bien évidemment ouvert, et vous vous en doutez, il n' y avait plus aucune voiture. Mais je suppose que nul d'entre nous ne disposait d'une voiture.

Un silence énorme.

RYO
Eh bien, vous avez annoncé une partie de ce que j'allais dire. Vous avez tout gâché, enfin !

LEON
Merci beaucoup, monsieur.... Niari, comme je peux le voir sur votre étiquette, que chacun d'entre nous porte d'ailleurs. Merci d'avoir mis fin à ce suspens dramatique.

RYO
Attendez, vous ne savez pas tout.

LEON
Et allez, continuez de faire durer le suspens... Monsieur Niari, n'avez-vous pas envie d'anticiper ? Héhé, notre orchestre n'arrive visiblement pas à nous en parler.

RYO
Peut-être que si vous parliez moins, j'y parviendrais. D'ailleurs c'est étrange ça. Vous me semblez très bavard pour un écrivain, la littérature n'est-elle pas l'opposé d'une culture orale ?

LEON
Vous marquez un point. Par contre, en ce qui vous concerne, vous semblez parler à merveille l'anglais pour un japonais... quels secrets cela peut-il bien cacher ?

Les visages des autres naufragés commençaient à fatiguer à la suite de cette stupide prise de tête.

RYO
Nous ne sommes pas à Okinawa !

Brusquement, Ryo s'est mis à dire ce qu'il gardait pour lui depuis un moment.

L'ENSEMBLE
Quoi ?!

RYO
Je suis bien placé pour le savoir, j'y vais souvent dans ces îles. J'ai moi-même découvert ce que monsieur Niari a observé tout à l'heure. Cette péninsule dont vous parliez. Okinawa est une île aux nombreux archipels. Très exactement comme vous le savez, nous devions accoster à Oku, au nord de cette île. Okinawa est très réputée pour son jardin botanique, ses grottes, ses villages traditionnels, ses châteaux ou encore son histoire à travers les âges. C'est une île dont on peut déjà apercevoir, depuis notre bateau même à une dizaine de kilomètres, l'architecture magnifique qui la compose. Or ce matin, rien.

MARC
Comment ça, rien ?

RYO
Rien de tout ce que j'ai cité n'est apparent. D'autant plus que nous sommes déjà au bord de cette autre île.

JULIA
Quelle île ?

RYO
J'ai beau connaître assez bien les alentours du coin d'Okinawa, je n'ai pas la moindre idée de ce que peut être ce lieu désert.

GRETA
Cela signifierait que... ?

RYO
Exactement. Que nous n'avons pas pris la bonne direction depuis le début, que c'est un coup monté.

ELIZABETH
Comment cela peut-il être un coup monté ? Nous n'en savons rien. Les responsables n'auraient pas eu assez de temps pour organiser ce drame.

RYO
La préparation d'une croisière comme celle-ci est longue. « Ils » ont eu deux mois pour réfléchir, et une nuit pour agir. L'homme est de nature vicieuse et maligne, Mrs Marta-Wexler. Nous ne pouvons lui ôter ces capacités.

LEON
La question, c'est aussi de savoir ce que contient cette île. C'est vrai. Bon d'accord, c'est tragique, nous semblons prisonniers comme des participants qu'on aurait balancés sur un terrain de jeu dangereux. Eh bien soit ! Faisons ce que nous avons à faire. Jouons ce rôle... d'après mes calculs, nous n'avons plus tellement le choix.

JOSEPH
Vous considérez cette situation comme un jeu ? On voit bien que n'avez personne à secourir.

LEON
Vous ne me connaissez pas.

RYO
Allons, allons, pas de choses privées. Ce que notre écrivain a annoncé, fait partie du point principal de ma deuxième partie de discours. Après avoir appris que nous n'étions pas à Okinawa, et après vous l'avoir brièvement décris, j'en viens à la deuxième partie : cette île étrange sur laquelle nous nous trouvons. Ce qu'elle contient, ce qu'elle fait ressentir.

BRYAN
Je croyais que vous ne saviez rien.

RYO
Effectivement, je ne sais rien. Mais j'ai vu. Je ne suis pas encore venu, et je suis loin d'avoir vaincu.

MARC
Epargnez-nous votre culture latine. Venez-en aux faits. Qu'avez-vous vu ?

RYO
Je vais dans un premier temps vous décrire le terrain de l'entrée de cette île.

CAROLE
Ne pourrions-nous pas le découvrir par nous-même ? Il nous suffit de quelques mètres pour atteindre l'île. Descendons du bateau et allons-y.

RYO
Je n'en ai pas pour longtemps.

JOSEPH
Je l'ai vu moi aussi ce terrain. Il n'y a pas grand-chose à dire. L'entrée de l'île ne semble pas très large, elle est entourée par l'océan. Elle a l'air essentiellement composée d'herbe bien verte et de terre sèche. Si l'on regarde plus loin, on peut remarquer que l'île s'étend, on ne voit plus l'eau aux abords, et on observe des genres de piliers, mais ce n'est qu'à vue d'œil, c'est beaucoup trop loin.

RYO
Bingo ! Des piliers, dites-vous ?

Ryo sort de petites jumelles d'une des poches de sa chemise grise.

RYO
Grâce à ça, j'ai pu distinguer ce que vous appelez « piliers »

STEPHEN
C'est remarquable, M. Ito. Vous êtes sur tous les coups. Vous êtes très doué.

RYO
Doué, certainement pas. Chanceux, c'est le mot qu'il faut employer. Voilà ce que j'ai vu. Sur environ 300 mètres, le terrain de l'île est totalement plat. Après, le parcours semble vallonné. Et ce que vous avez pris pour des piliers est en fait des bouts rocheux d'une montagne qui paraît s'allonger sur une bonne partie de la largeur. Comme ça, je dirais que cela représente en hauteur une cinquantaine de mètres.

BRYAN
D'après ce que vous dites, c'est le néant par ici... Je ne vois pas l'intérêt de nous emmener sur une île aussi désertique et banale.

RYO
Mais en plein milieu de cette montagne, entre les bouts rocheux pointus, j'ai pu apercevoir une statue, aussi grande. Elle représente une sorte de volatile... peut-être une hirondelle géante, ou un aigle, je ne sais pas trop. Deux petits points, ses yeux, brillent incroyablement.

Tout à coup, Alexandra change de comportement. Elle avait comme une impression de déjà-vu.

BILL
C'est le faucon qui mène à l'entrée de l'île... Comme une porte qu'il faut pousser pour entrer... C'est le faucon qui me l'a dit. Il y a un panneau où c'est marqué « Terre des Oiseaux ». Apparemment, personne ne connaîtrait l'existence de cette île. C'est une île aux animaux très dangereux et jamais vus, m'a dit le faucon.

Tout le monde reste immobile un moment et fixe l'enfant. Ryo est impressionné.

RYO
C'est stupéfiant.

HARRY
Comment se fait...

ALEXANDRA
Excusez-le, il doit être encore sous le choc de ce qui s'est passé ce matin. Ne faites pas attention. Mon fils a beaucoup changé.

MARC
Il faut y aller.

ELIZABETH
Quoi ?

MARC
Allons sur cette île, et nous verrons bien si votre enfant est vraiment sous le choc.

RYO
S'il vous plaît, M. Stevenson, je n'ai pas terminé ce que j'avais à dire.

MARC
Pour l'amour du ciel, M. Ito, il faut descendre avant qu'il n'arrive quelque chose de plus sur ce bateau. Vous en avez trop dit.

RYO
C'est la dernière partie de mon discours, je pense qu'elle intéressera tout le monde ici. C'est la plus louche. Après, nous nous organiserons pour descendre prudemment, un par un afin de pénétrer sur l'île. Sortir à l'instinct de ce paquebot n'est pas une bonne idée, M. Stevenson.

Marc regarde froidement le scientifique, et se tait.

BRYAN
Dépêchez-vous, qu'on en finisse ! Il me tarde de voir si... euh Bill a raison sur cette « Terre des Oiseaux »

RYO
Lorsque je me suis réveillé ce matin, il devait être 9 heures, je me suis rendu compte comme vous tous de ce « piège » qu'on nous aurait fait. Je n'ai pas réfléchis longtemps, je suis directement allé dans ce salon, après être passé par la cabine de pilotage. Elle n'est pas loin d'ici... J'ai trouvé ces jumelles, et je me suis tout de suite dit : « Les responsables nous laissent des indices » C'est à ce moment là que j'ai compris que quelque chose se préparait. Et c'est là que ça devient intéressant... En levant la tête, après avoir pris les jumelles, j'avais la vue parfaite de l'entrée de l'île... et j'ai remarqué la présence de deux individus qui se réfugiaient vers l'entrée... près de la statue d'oiseau. Apparemment c'étaient deux hommes, plutôt jeunes, et terrifiés... Ou peut-être faisaient-ils semblant ? Je les ai observé sans relâche avec les jumelles jusqu'à ce qu'ils disparaissent de ma vue. La statue qui mène sur l'île, a pivoté pour laisser passer les deux hommes, et s'est refermée aussitôt.

Tous restent sans voix un instant à la suite de cette dernière partie de discours. Ils se regardent et se mettent à chuchoter entre eux pour comprendre de qui il s'agit. Ryo reprend la parole.

RYO
Il n'y a pas trente-six solutions... Ces deux hommes, soit ce sont des gens comme nous, terrifiés par ce qui se passe, et fuyant au hasard, soit ce sont de réels complices de cette histoire, des responsables ou autre, ou bien des habitants de l'île qu'on aurait prévenu...

MARC
Il faut retrouver tout le monde... Je suis sûr que le reste des naufragés sont sur l'île, derrière la statue. Nous devons y aller, ils sont en danger. Une fois qu'on aura trouvé assez de monde, on repartira avec le bateau d'ici.

LEON
Vous ne pensez tout de même pas que ce sera aussi simple ? Nous devons avoir affaire à de sacrés ingénieux. Ils ne nous laisseront pas sortir comme ça.

JULIA
Oh ça suffit ! Nous ne savons rien !!! Nous ne savons rien !!! On ne sait moins que rien !!! Ce qui se passe nous n'en savons rien !! Depuis 1 heure je vous écoute à balancer des théories sur des choses impossibles, qui n'ont aucun sens !! On discute sur des choses qui ne nous font pas progresser ! Arrêtons de discuter et allons sur l'île. Moi-même ce matin je réfléchissais comme vous, j'étais terrifiée, mais je me rends compte que c'est la dernière chose à faire. Se torturer l'esprit à essayer de chercher des éléments dont nous ne connaissons pas le dixième de la chose ne mène à rien. Ca me met encore plus mal à l'aise.

RYO
Parfait mademoiselle. Il est temps d'y aller. Y'en a-t-il parmi vous qui serait contre descendre de ce bateau ?

Ryo ne voit que des gestes négatifs de la tête.

RYO
Dans ce cas, préparons à découvrir l'île.

MARC
Je me charge d'organiser la sortie.

RYO
Je vous en prie, allez-y.

CUT TO :

INT. Bateau AJC-BOAT Parking – APRES-MIDI

20 minutes de préparation ont suffit pour organiser la sortie du bateau. Il est 13 heures 00. Une file indienne se tient prête à descendre. Tous sont sur le parking et voient la lumière du jour. Marc est en tête et commence à avancer. Lors qu'ils mettent les pieds sur l'île, ils font le tour du bateau pour se remettre face à la longue étendue d'herbe verte. Les voilà les uns à côté des autres, à observer chacun leur tour à l'aide des jumelles, le font de l'île, symbolisant en réalité l'entrée...

CUT TO :

EXT. Île coin herbeux et sec avant l'entrée – APRES-MIDI


JOSEPH
Nous y voilà. J'arrive Kenza...


A suivre, Episode 1 séquence 4...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 29 Mai 2009 - 19:44 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
EPISODE 1: Effectif réduit 1/2 Séquence 4/5


Les 16 naufragés, posés les uns à côté des autres silencieusement, observaient attentivement pendant quelques minutes le fond de ce coin étrange. L'herbe bien verte du milieu laissait croire à un entretient parfait du lieu, comparé à toute la terre sèche des alentours. Nos héros s'interrogeaient sur la statue immense, qui les séparait d'environ 500 mètres. S'y diriger peut être risqué, d'autant plus que les survivants ne disposent de rien sur eux...ni eau, ni nourriture. Ryo possédait une paire de jumelles, et Leon un agenda accompagné d'un stylo. Voilà les seuls accessoires. Chacun avait inscrit leur nom et prénom sur une étiquette qu'ils portaient sur leur vêtement. Les rescapés étaient totalement coupés du monde...

LEON
C'est impressionnant.

BRYAN
Un rien vous impressionne, M. Garreth. Reconnaissez que c'est stupide ici.

LEON
Vous êtes dur.

MARC
Nous ne pouvons pas nous prononcer avant d'avoir découvert ce qui se cache derrière cette porte.

GRETA
J'imagine un genre de parc attractif, des manèges, de la musique... Peut-être est-ce une surprise ?

RYO
J'en doute sérieusement. A priori, se faire dérober la nuit ne nous prépare pas à une surprise très agréable.

GRETA
C'était pour plaisanter. Il y a quand même quelque chose qui me tracasse... Nous étions 745...pourquoi nous avoir choisi, nous ? Ce ne peut-être un tirage au sort.

HARRY
Et pourquoi pas ?

MARC
Je suis d'accord avec vous, Greta. Le hasard ferait trop bien les choses. Regardons ce que nous avons en face de nous, un professeur de langues, un scientifique, un avocat, et un écrivain. Quatre métiers significatifs. Cela nous donne probablement une raison, une fonction d'être là.

Un court silence.

MARC
Alexandra ?

ALEXANDRA
Oui ?

MARC
Que faites-vous dans la vie ?

ALEXANDRA
Je suis psychologue.

MARC
Très bien. Je tenais aussi à dire que votre fils n'est pas comme la plupart des enfants qui étaient dans ce bateau.

ALEXANDRA
Que voulez-vous dire ?

MARC
Il est très mature.

ALEXANDRA
Je ne sais pas quoi penser.

MARC
Beatrice, Elizabeth..., j'ai cru comprendre que vous étudiez la philosophie ?

BEATRICE
C'est exactement ça.

ELIZABETH
Depuis deux ans.

MARC
Harry et Julia, où en êtes-vous ?

JULIA
Je suis une simple hôtesse de l'air.

HARRY
J'étudie très sérieusement les sciences physiques et la chimie depuis cinq ans, dans une école spécialisée en Angleterre. J'espère devenir scientifique un jour, du moins je l'aurais espéré...

Silence énorme.

BRYAN
Je suis informaticien, j'ai toujours aimé les ordinateurs.

JOSEPH
Quant à moi, je suis médecin.

MARC
Spécialiste ?

JOSEPH
Eh bien, si on veut... A la base je suis un généraliste, mais quelque chose a fait que je suis devenu un peu plus pointilleux...

LEON
Un informaticien et un médecin... Hum, encore des professions qui s'avèrent utiles en toutes circonstances. Je rejoins vraiment votre point de vue, M. Ste..., euh Marc.

Marc se tourne vers Stephen et Carole.

STEPHEN
Je suis chef d'entreprise, et ma femme est la secrétaire de cette entreprise.

MARC
Quel genre d'entreprise ?

CAROLE
L'immobilier. Je ne vois pas en quoi nous pourrions servir.

LEON
Qui sait ? Vous aurez peut-être de l'importance.

STEVE
Vous allez certainement un peu loin dans la réflexion, mais il faut reconnaître que nous sommes une troupe de spécialistes dans divers domaines. Moi je suis mécanicien.

CINDY

Et moi infirmière.

BRYAN
Je crois qu'on a fait le tour...je propose qu'on avance maintenant.

MARC
Oui. Je réfléchis simplement à la manière dont nous pourrions atteindre l'entrée du fond.

ALEXANDRA
Il suffit de traverser tout droit.

RYO
Je pense qu'il vaut mieux se séparer en deux groupes et contourner pour arriver à la statue.

JOSEPH
Pourquoi contourner ?

RYO
Pour comparer les alentours.

JOSEPH
Comparer quoi ?

RYO
Joseph, s'il vous plaît, faites donc travailler votre tête. Pourquoi est-il plus utile de contourner en deux groupes que de traverser tout droit en un bloc ?

JOSEPH
C'est bien ce que je vous demande.

RYO
Passer tout droit au centre serait trop facile. Vous avez remarqué l'état de cette herbe ? Elle est nourrie par rapport aux pelouses latérales.

MARC
Vous pensez que c'est piégé ?

RYO
Hum...Ce n'est pas tout à fait ça, mais presque. Il n'y a aucun sentier ici, aucun chemin tracé. Dans ces cas là, il ne faut pas traverser tout droit.

LEON
Je ne vous suis pas...

RYO
C'est comme lorsque vous dégustez de la soupe. On commence toujours par les bords car le milieu est brûlant. Eh bien là c'est pareil.

LEON
La comparaison est originale, mais ça ne m'aide pas à comprendre pourquoi...

RYO
Moi non plus à vrai dire... C'est juste un principe que j'applique, il faut être très prudent.

JULIA
Si on nous a « choisi » comme vous le dites tous, je ne vois pas pourquoi on chercherait à nous éliminer du premier coup.

HARRY
C'est très vrai.

STEPHEN
Ce serait absurde, effectivement.

RYO
Erreur. Ce serait simplement inattendu à mon avis. Il ne faut pas prendre à la légère ce qui nous arrive.

JULIA
Mon Dieu, qu'avons-nous fait pour mériter cela ?

MARC
Très bien, Ryo, nous allons contourner. Je forme deux groupes de 8. A gauche passeront Steve, Cindy, Stephen, Carole, Julia, Harry, Joseph et vous Ryo. A droite, avec moi, iront Leon, Alexandra, Bill, Elizabeth, Beatrice, Greta et Bryan. On se retrouve tous devant l'entrée, près de la statue d'oiseau. On comparera les deux côtés.

RYO
Parfait. Ca me va. Tout le monde est convaincu ?

Tous acceptent sans dire un mot. Les deux groupes commencent à parcourir respectivement leur côté.
Au fur et à mesure de leur avancée, les deux groupes s'éloignaient au maximum. Celui de Marc longeait le côté droit, et celui de Ryo, le côté gauche.


EXT. Île coin herbeux et sec avant l'entrée – côté droit

BRYAN
A quoi ça sert de contourner, je me demande ?

L'informaticien fouillait sans relâche au bord de l'eau, malgré sa réflexion plaintive.

MARC
Evitez de vous plaindre, Bryan. Ce ne doit être que le début du canular.

LEON
Aussi curieux que cela puisse paraître, je pense que cette idée de contourner est très maligne. Les alentours semblent très secs par rapport au centre. On dirait que le milieu n'est pas réel.

GRETA
Que voulez-vous dire ?

LEON
Eh bien j'ai l'impression que cette place herbeuse débouche dans un immense ravin qui prend au piège n'importe quel être humain. Un fossé assez profond qui empêcherait quiconque de remonter à la surface.

BEATRICE
Cela voudrait dire que la personne serait coincée dans une partie de l'océan ?

LEON
Exactement.

ELIZABETH
Pourquoi donc ? Je n'en vois pas l'intérêt.

BILL
J'ai peur, maman...

ALEXANDRA
Ne t'en fais pas, mon chéri, on ne s'approchera pas du milieu, même si nous sommes pas sûrs qu'il soit piégé.

BILL
Je n'ai pas peur pour ça. J'ai peur parce que derrière la grande statue il y a...

BRYAN
Hé !

Bryan interrompt involontairement le discours de Bill et l'attention des 6 autres, car il avait fait une trouvaille hasardeuse au bord l'océan.

BRYAN
J'ai trouvé un trousseau de trois clés usagées et un saphir.

LEON
Etrange...

MARC
Qu'est-ce que tu allais dire, Bill ?

ALEXANDRA
Oh, rien. Je suppose que mon fils est encore sous le choc.

MARC
Arrêtez avec ça ! Il n'est pas sous le choc ! Ne voyez-vous pas que cet enfant a quelque chose de spécial en lui ?

ALEXANDRA
Je...

MARC
Qu'y a-t-il derrière la statue, Bill ?

Cambré sur lui-même, se rongeant les ongles, Bill n'osait plus rien dire. Il avait le regard de l'enfant battu. Marc n'insiste alors plus.

ELIZABETH
Vous avez absolument tout gâché, Bryan. Vous avez interrompu l'enfant, et maintenant il refuse de répéter ce qu'il y a derrière l'entrée !

BRYAN
J'ai rêvé ou je viens de trouver des objets très difficilement visibles qui pourraient éventuellement nous servir pour la suite ?

LEON
C'est vrai, écoutez, nous aurons bien l'occasion de découvrir ce qu'il y a derrière plus tard.

BEATRICE
Mais ça avait l'air de terrifier le pauvre enfant !

MARC
Bon stop ! Bryan, faites-moi voir ce que vous avez pioché.

L'informaticien tend ses trouvailles et Marc les met dans sa poche. Avec les autres membres de son groupe, il continue quelques fouilles rapides et s'aperçoit qu'il ne restait plus rien d'intéressant. Ils terminent les cent derniers mètres et s'arrêtent à une dizaine de mètre de l'immense statue, attendant le groupe de Ryo qui mettait plus temps.

CUT TO:

EXT. Île coin herbeux et sec avant l'entrée – côté gauche

Le groupe de Ryo s'était arrêté à mi-chemin, stoppé par le cadavre d'un homme d'une quarantaine d'années flottant au bord l'océan. Ces vêtements étaient à moitié décomposés, son visage semblait très pâle, et il avait des marques sanglantes aux poignets.

RYO
Je crois bien que celui-ci s'est suicidé.

HARRY
Il y a donc des habitants ici ?

STEVE
Je doute que cet homme fasse partie de l'île. C'était peut-être un pêcheur qui s'est retrouvé ici par malheur.

RYO
C'est possible. Quelle angoisse, je trouve cela très inquiétant.

JULIA
Ca me fait peur. Le pauvre homme, qu'est-ce qui a bien pu se passer ?

STEPHEN
Il faudrait fouiller le corps, non ?

Tous se retournent vers Stephen en lui adressant un regard de reproches. Sa femme se met en colère.

CAROLE
Tu n'as aucun respect envers cet homme !

STEPHEN
C'est toi qui parles de respecter une personne ?

CAROLE
Comment ?

JULIA
Il est hors de question que nous fouillons ce corps, ce serait vraiment inacceptable.

STEPHEN
Parce que nous faire prisonnier dans un bateau autour d'une île inconnue en nous dépouillant, vous trouvez ça acceptable, vous ? Qui sait combien de temps nous resterons ici ? Moi je dis qu'il faut vérifier le corps, on ne sait jamais.

RYO
Je soutiens les propos de Stephen.

JOSEPH
Moui, moi aussi. Mais vous savez quoi ? C'est vous M. Adams qui allez vous en charger.

Stephen se met à bouillir de l'intérieur. Le soleil cognait et la pression qu'il avait autour de lui le paniquait.

STEPHEN
Très bien... je m'en occupe. J'admire votre soutien en tout cas.

Le chef d'entreprise s'accroupit au bord de l'eau, dans laquelle se tenait le cadavre flottant de l'homme. Mais aussitôt, Joseph le reprend.

JOSEPH
Laissez-moi faire, Stephen. Je suis confus de vous avoir imposer cela. C'était bête de ma part.

STEPHEN
Ma foi, non. Je l'ai bien cherché.

JOSEPH
Ce n'est rien. Ecartez-vous, je vais examiner le corps. Je suis médecin, je tenterai de faire une autopsie. Et au passage je le fouillerai.

Les sept membres du groupe attendaient l'avis de l'expert. Cinq minutes se produisent sans aucun bruit...

CUT TO:

EXT. Île coin herbeux et sec avant l'entrée - côté statue

Voilà vingt minutes que le groupe de Marc s'impatientait à quelques mètres de l'entrée. Ils discutaient calmement et sans grande conviction sur les objets qu'ils avaient récoltés.

BRYAN
Je ne vois pas l'utilité du saphir, mais les trois clés servent probablement à ouvrir des portes à l'intérieur de l'île.

ELIZABETH
Ou peut-être que rien de tout cela n'est utile...

L'écrivain voit revenir l'autre groupe.

LEON
Ah ! Voilà le reste de nos camarades.

Ryo, Julia, Harry, Steve, Cindy, Joseph, Stephen et Carole reviennent le visage à la fois sceptique et terrifié vers les autres.

MARC
Vous en avez mis du temps. Tout s'est bien passé ?

Un grand silence.

STEPHEN
Vous avez trouvé des choses de votre côté ?

ALEXANDRA
Un trousseau de clés et un saphir.

Marc sort les objets de sa poche pour les montrer.

RYO
Rien d'autre ?

BRYAN
C'est déjà pas mal !

L'avocat remarquait chez le groupe de Ryo que quelque chose ne tournait pas rond.

MARC
Pourquoi vous tirez tous cette tête ? Que s'est-il passé ?

RYO
Nous avons trouvé quelque chose...

GRETA
Quelle chose ?

RYO
Le corps d'un homme qui se serait taillé les veines.

BEATRICE
Oh, mon Dieu, c'est horrible ! Il venait de notre bateau ?

JOSEPH
Avant d'identifier le corps de cet homme et de voir ce qu'il possédait, je me serais certainement dit que c'était possible. Or maintenant, je suis sûr que non.

MARC
Que possédait cet homme ?

Joseph sort de sa poche le portefeuille du cadavre.

JOSEPH
Cet homme a laissé ce message sur cette lettre. Il l'a coincée dans son portefeuille pour ne pas la laisser entrer en contact avec l'eau. Sans doute avait-il prévu son coup.

Joseph se met à faire la lecture de la lettre pour le groupe de Marc, qui n'avait pas eu cette information. Julia et les autres du groupe à Ryo ont la chair de poule lorsqu'ils ré-entendent ces quelques mots.


[align=center]« 12/04/99
Ma chère Elise, mon aimée, mon abandonnée
Je t'ai laissée seule ici durant toutes ces années
Entre les mains de ces individus immondes
Qui ne t'ont toujours pas fait disparaître de ce monde ;
J'ai le pressentiment que tu as survécu
Dans ce labyrinthe mortel sans issue.
Je repense encore à cette formidable croisière
Que nous avons menée toi et moi en solitaires ;
C'était ce dont on avait toujours rêvé
Mais il se trouve que sur cette île nous avons échoué.
Une fois égarés, je ne t'ai plus prêté attention
Car je ne supportais pas cette situation.
Pardonne-moi. Après ces années de bonheur
Je ne puis désormais plus faire face qu'à ce malheur ;
Tragique destinée qu'il me faut supprimer à l'instant
Plutôt que d'attendre ton retour inutilement.
Là où je suis, il y a des serpents au milieu d'une herbe verte ;
Je pourrais m'y balancer, mais je n'aime pas ces bêtes.
C'est avec ton pendentif aiguisé, unique objet de notre amour,
Que je vais mettre fin à mes jours.
Avec tristesse, remords et désarroi,
Je t'offre mon âme dans cette lettre pour la toute dernière fois.
Adieu, mon amour
Je t'aimerai toujours...
...où que tu sois
même si je ne serai plus près de toi.

Tom Clark. »


[/align]



A suivre, Episode 1 séquence 5...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 02 Juin 2009 - 21:20 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
EPISODE 1: Effectif réduit 1/2 Séquence 5/5


EXT. Île coin herbeux et sec avant l'entrée – côté statue

JOSEPH
Fin de la lettre...

GRETA
Eh bien !

JOSEPH
J'en déduis que cette femme n'a jamais pu lire les derniers mots de son mari... quelle tragédie !

HARRY
Est-elle encore en vie ?

MARC
Nous l'ignorons malheureusement.

BRYAN
Allez reposer cette lettre. Par respect pour cet homme. Cette histoire ne nous concerne pas.

CAROLE
Vous croyez ? Je pense justement le contraire. On nous a pris au piège, la moindre chose que nous trouvons nous concerne.

LEON

Puis si nous rencontrons Mme Clark par hasard, nous lui remettrons nous-même. Il faudrait garder ce papier.

BRYAN
Je vous imagine bien annoncer à cette femme que son mari est mort. Nous ferons face à un deuxième suicide et nous aurons sa mort sur la conscience, voilà tout. Nous avons déjà tant de questions sans réponses, évitons d'accumuler des problèmes que nous pouvons ignorer.

ELIZABETH
Je suis désolée mais je me vois mal mentir à cette dame si elle nous questionne par désespoir.

BEATRICE
Il serait préférable de voter.

MARC
Non.

BEATRICE
Comment ?

MARC
Personne ne va voter quoique ce soit. Je vais décider moi-même. Donnez-moi ce papier, Joseph, s'il vous plaît.

L'avocat plie en quatre la lettre et la met dans sa poche.

MARC
Nous allons la garder. Nous ne savons même pas ce qui nous attend derrière. Qui sait qui nous croiserons ? Vous êtes prêts ? Alors en route !

HARRY
Euh..., attendez, attendez, attendez...

LEON
Que se passe-t-il ?

HARRY
Vous avez bien entendu la même chose que moi ? Si je ne m'abuse, ce fameux Tom Clark parlait d'un labyrinthe mortel sans issue dans lequel demeurent des individus immondes. Vous désirez mourir ou quoi ? Je suis étonné de m'apercevoir que personne ne réagit à cela.

ALEXANDRA
Que voulez-vous qu'on fasse ? Nous n'allons pas croupir éternellement ici.

JULIA
Vous avez remarqué que le soleil est pratiquement couché ?

MARC
Oui, effectivement. Mais... il n'était que midi il y a environ 2 heures.

RYO
Nous avons sans doute accosté dans un endroit où le temps est en avance par rapport à chez nous.

STEPHEN
Certainement. Nous sommes probablement au Japon alors, il n'y a pas de raison. Tout semble concorder.

RYO
C'est possible. Mais ce qui est sûr, c'est que je ne connais absolument pas cet endroit.

JULIA
Nous n'allons pas pénétrer alors que la nuit s'apprête à tomber. Je n'aurai pas le courage...

RYO
Il faudra pourtant en avoir.

HARRY
J'ai une idée ! Nous n'avons qu'à nous réfugier dans le bateau. Les risques seront minimes et nous seront protégés.

BRYAN
Je demande à voir...

RYO
Je crains bien, mes chers amis, que cette solution ne soit possible.

HARRY
Comment ça ?

RYO
Notre bateau n'est plus là !

Un silence glacial. Tous regardent le fond à l'aide des jumelles.

GRETA
Mais, pourquoi n'avez-vous rien dit ?

RYO
Pour minimiser la panique. Lorsque Joseph lisait la lettre, je l'ai vu s'en aller.

Marc explose de colère et prend Ryo par le col.

MARC
Vous vous foutez de nous, non !? Vous auriez dû nous prévenir ! Maintenant, nous allons tous crever, ici !

RYO
Nous n'aurions jamais pu le rattraper de toute façon. Je vous en prie, lâchez-moi.

MARC
Ce n'est pas la question ! Nous sommes un groupe, et quand quelque chose se passe, il faut l'annoncer, surtout lorsqu'il s'agit d'un cas où nos vies sont en danger !

RYO
Nous ne sommes pas plus en sécurité sur le bateau que sur cette île, mon ami. Quand une personne veut faire payer une chose à quelqu'un, elle est prête à tout pour y parvenir. Même un effort héroïque n'aurait pas suffit. Les miracles n'existent pas.

Léon, avec les jumelles, semblait intrigué par des sortes de points qui dépassaient du sol, à l'endroit où le bateau était positionné.

LEON
Il y a comme une quinzaine de points :biz:arres juste au dessus du sol. Regardez par vous-même.

Ils regardent à tour de rôle. La troupe décide alors de contourner l'entrée pour revenir au point de départ. Ces points étaient en réalité des sacs à dos...

EXT. Île coin herbeux et sec avant l'entrée – point de départ

Les survivants reviennent au point de départ. Curieusement, il y avait deux sacs de trop. Les 16 survivants fouillent leurs affaires.

ALEXANDRA

J'ai quelques vivres, une bouteille d'eau et un matelas bien enroulé.

JOSEPH
Moi aussi.

BRYAN
Et moi aussi.

GRETA
Nous avons tous ça.

MARC
Comment le bateau a-t-il pu disparaître aussi rapidement, après avoir déposé soigneusement tous ces sacs sans qu'on s'en aperçoive ?

HARRY
Ryo, vous n'avez rien vu d'autre ?

RYO
Uniquement le bateau s'en aller.

MARC
Ce n'est pas logique.

LEON
Et si ce lieu avait un décalage avec le temps, comme si l'espace temporel entre cette île et le reste était rétréci ?

JULIA
Cette mauvaise blague a bien dû être préparée, voilà tout.

RYO
Ce qu'il faut se poser surtout, c'est comment y a-t-il pu avoir autant de complices sur ce bateau sans qu'on s'en rende compte ?

STEPHEN
Nous ne sommes pas sûrs qu'ils proviennent du bateau, et peut-être qu'ils ne sont pas plus de 2.

MARC
Je pense qu'une plaisanterie de ce genre nécessite beaucoup plus d'hommes qu'on pourrait soupçonner. Ensuite il ne pourrait y avoir qu'un ou une responsable. Un fou furieux qui aurait eu l'idée de s'amuser avec nous.

CAROLE
On nous a choisi, il faut aller plus loin. Tout ça est absurde.

RYO
Avez-vous pensé une seule seconde Mme Adams, que sur 745 passagers il pouvait y avoir 729 complices ?

JOSEPH
Non, non. Je vous arrête tout de suite, ce n'est pas possible. Nous ne sommes pas les seules victimes sur cette île, j'en suis persuadé. D'autres personnes du bateau ont été emmenées ici, j'en suis sûr. Ma femme ne m'aurait jamais fait un coup pareil. Non, les piégeurs se sont arrangés pour qu'on ne les trouve pas, mais nous y parviendrons. Ma conviction est faite, on veut tester notre courage, et quelle que soit la chose qui se trouve derrière cette immense porte, nous devons la franchir.

BEATRICE
Je suis de votre avis.

ELIZABETH
Vous croyez que l'arrivée de Tom Clark et sa femme sur cette île a un lien avec les gens qui nous ont piégés ?

MARC
Je ne sais pas, nous allons essayer de le découvrir.

BRYAN
Hé les gens, je n'avais pas vu le message placé au fond de mon sac. Vous l'avez aussi ?

GRETA
Non, il n'y a que le symbole d'un oiseau étrange qui est brodé au bas du sac. Que dit-il ce message ?

BRYAN
« Vous aimez les jeux ? Alors jouez. Jouez pour méritez de vivre. Une fois que vous aurez franchi le marbre géant, vous ne pourrez plus faire marche arrière. Avancez, jouez, vivez. »

Bryan montre à tout le monde le mot, dont les lettres colorées à caractères d'imprimerie étaient de taille inégale.

LEON
Tiens donc, n'appelle-t-on pas cela un corbeau ? Décidemment, il y a vraiment un rapport avec les oiseaux sur cette île, et nos piégeurs ne nous le cachent pas.

MARC
Ca me rappelle ce que tu as dit sur le bateau, Bill. Comment savais-tu qu'il s'agissait d'une « Terre des oiseaux » ?

BILL
Il faut demander au faucon, Marc.

MARC
Quel faucon ?

BILL
Je suis le seul à le voir.

Alexandra préfère interrompre la discussion.

ALEXANDRA
Je commence à être fatiguée et la nuit tombe.

RYO
Elle a raison, nous allons camper près de l'entrée avant de franchir la porte. A partir de demain, à l'aube, nous partirons.

JULIA
Vous avez peut-être un réveil sur vous ?

RYO
Hahaha, eh bien non. Il y a 16 réveils ici présents. Le premier qui ouvre l'œil avertira tout le monde.

JULIA
Et si les serpents nous attaquent cette nuit ?

RYO
Comment ?

JULIA
L'homme mort a dit dans sa lettre qu'au milieu de l'herbe verte il y avait des serpents.

MARC
Ils ne bougeront pas de l'herbe, ne craignons rien. On sera suffisamment éloignés. Nous n'avons rien pour préparer un feu, alors installons simplement nos matelas du mieux qu'on peut.

HARRY
Et le message...

MARC
Nous en reparlerons demain. La journée a été riche en émotion.

STEVE
Vous pouvez le dire.

MARC
Steve, Cindy. Je vous promets qu'on retrouvera votre fille, ce n'est qu'une question de temps. Je suis sûr qu'elle va beaucoup mieux que vous ne le pensez. Vous devez y croire comme j'y crois.

CINDY
Avant de lire le message de cet homme dans l'eau et celui du corbeau, j'avais de l'espoir. Maintenant, j'ai peur que ma fille soit morte.

STEVE
Cindy, je t'en prie !

MARC
Faites moi confiance, je pense vraiment ce que je dit au sujet de votre fille. Comment s'appelle-t-elle ?

STEVE
Alice.

MARC
Je pense qu'Alice est vivante. Tout comme votre ami, Beatrice, et votre femme, Joseph.

JOSEPH
Avez-vous des enfants, Marc ?

MARC
J'ai une petite fille de 4 ans. Et je risque de louper la naissance de mon deuxième enfant.

Grand silence.

MARC
Moi aussi j'ai besoin d'y croire, nous avons tous besoin d'y croire. Nous sommes tous rattachés à quelque chose. Je ne vous connais pas, on ne se connaît pas, mais il doit bien y avoir une raison pour que nou soyions là, tous ensemble. Maintenant qu'on est sur cette île, il faut être solidaire. Participons à ce soit disant jeu, et prouvons-leur qu'on est pas des sauvages. On sera plus fort qu'eux.

Un autre silence.

STEVE
Pourquoi nous reposons-nous dans un lieu aussi terrifiant, alors que tous ceux qui nous sont chers ont disparu ?

JOSEPH
Nous avons besoin de repos. Marc a raison, au vu des choses qui se sont produites sous nos yeux, il serait préférable de garder un sommeil considérable, sans trop abuser évidemment. Car la succession d'évènements trop émotionnels peuvent provoquer de graves séquelles corporelles comme les hallucinations, en plus du manque de repos.

LEON
Il va nous falloir trouver un peu plus à manger et à boire par la suite, sinon ça va mal se passer.

JOSEPH
Techniquement, on devrait tenir 3 jours sans manger avant d'être trop faibles pour bouger. En revanche le manque d'eau, surtout dans un lieu aussi sec que celui-ci peut provoquer une déshydratation rapide, et donc affaiblir nettement l'organisme. Disons que 48 heures sans une goutte d'eau peuvent être mortelles. Je vous suggère donc d'utiliser votre bouteille d'eau avec intelligence.

JULIA
Quelle heure peut-il bien être ?

RYO
A vue de nez, je dirais qu'il est 20 heures. Bien, allons camper.

BRYAN
Puis-je vous posez une question, Ryo ?

RYO
Bien sûr.

BRYAN
Pourquoi mettons-nous autant de temps à franchir cette foutue porte ?

Ryo regarde son camarade avec franchise.

RYO
C'est parce que j'ai peur de pousser la porte. J'ai peur de ce qu'on trouvera derrière. J'ai..., j'ai peur.

De nouveau, un silence total.


EXT. Île coin herbeux et sec avant l'entrée – côté statue

Les 16 survivants reviennent près de la statue pour camper, alors qu'il faisait pratiquement nuit. En regardant la statue avec attention, Stephen remarque quelque chose d'étrange.

STEPHEN
Dites, la statue ne représentait-elle pas une sorte de faucon ?

GRETA
Oui, absolument.

STEPHEN
Eh bien pourquoi représente-t-elle subitement une chouette ?


[align=center]FIN DE L'EPISODE 1[/align]



LES EXPLORATEURS



A suivre, Episode 2: Effectif réduit 2/2


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 03 Juin 2009 - 08:37 
Hors ligne
Golfeur professionnel
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 25 Aoû 2005 - 13:55
Messages: 655
Localisation: Bermuda Love Triangle
Ca y est je suis à jour. Ryu me fait penser à Sayid au début : un leader, que personne ne suit. ^^ Les discussions entre naufragés ma rappellent un peu les débats qu'il peut y avoir sur ce forum, mais au second degré. C'est vraiment drôle. Bryan est énorme aussi "J'ai rêvé ou je viens de trouver des objets très difficilement visibles qui pourraient éventuellement nous servir pour la suite ? " :lol: pour l'instant le second degré marche très bien, mais si la situation s'aggrave je ne sais pas si je pourrai ressentir quelque chose pour eux, enfin on verra ! Moi je continue en tout cas.

Ah oui : on est déjà aux portes du mystère ! Et dire qu'on a attendu 1 saison pour ouvrir la trappe dans Lost : j'avoue que je me demande comment ça va pouvoir durer 24 épisodes, ça m'intrigue. Bon je suppose que tu vas nous cacher encore bien des choses. Par contre désolé, mais le cliff de fin m'a fait rire, et je sais pas si c'est fait exprès :mrgreen: :oops:

_________________
...Retour à la Réalité... --- ...Back to Reality...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 03 Juin 2009 - 10:02 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
Image Zurabinho a écrit:
Ca y est je suis à jour. Ryu me fait penser à Sayid au début : un leader, que personne ne suit. ^^ Les discussions entre naufragés ma rappellent un peu les débats qu'il peut y avoir sur ce forum, mais au second degré. C'est vraiment drôle. Bryan est énorme aussi "J'ai rêvé ou je viens de trouver des objets très difficilement visibles qui pourraient éventuellement nous servir pour la suite ? " :lol: pour l'instant le second degré marche très bien, mais si la situation s'aggrave je ne sais pas si je pourrai ressentir quelque chose pour eux, enfin on verra ! Moi je continue en tout cas.

Ah oui : on est déjà aux portes du mystère ! Et dire qu'on a attendu 1 saison pour ouvrir la trappe dans Lost : j'avoue que je me demande comment ça va pouvoir durer 24 épisodes, ça m'intrigue. Bon je suppose que tu vas nous cacher encore bien des choses. Par contre désolé, mais le cliff de fin m'a fait rire, et je sais pas si c'est fait exprès :mrgreen: :oops:



Merci pour tes remarques :mate:


Donc tu trouves quand même que ça va trop vite? Et tu as du mal à accepter le fait que ça peut durer 24 épisodes?

Moi je trouve que justement vers la fin de ce premier épisode avec le message, on peut se dire qu'il va s'en passer des choses...
Et attends, peut-être qu'il a fallu 1 saison pour ouvrir la trappe dans LOST, mais ça fait 1 épisode et "mes survivants" n'ont toujours pas passés l'entrée... :)

Hihi, vont-ils y parvenir? :twisted:


Je suis un vrai serpent, tu peux trouver certaines choses drôles dans les dialogues, mais je pense qu'à force on peut s'y attacher et qu'il va y avoir des surprises...
Mais si ce n'est pas ton cas, c'est un poids en moins... :mrgreen:

Merci à toi Zurab' en tout cas!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 04 Juin 2009 - 20:13 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 21 Mai 2009 - 14:43
Messages: 22
Localisation: Annecy
Liste des épisodes:

SAISON 1

Episode 1: Effectif réduit 1/2 (No centric)
Episode 2: Effectif réduit 2/2 (Multi centric)
Episode 3: Le grand projet (Ryo centric)
Episode 4: Affaire à suivre (Marc centric)
Episode 5: Itinéraire mal tracé (Julia centric)
Episode 6: Demain ne meurt jamais (Stephen centric)
Episode 7: "To start" (Harry centric)
Episode 8: ??????????
Episode 9: ??????????
Episode 10: ??????????
Episode 11: ??????????
Episode 12: ??????????
Episode 13: ??????????
Episode 14: ??????????
Episode 15: ??????????
Episode 16: ??????????
Episode 17: ??????????
Episode 18: ??????????
Episode 19: ??????????
Episode 20: ??????????
Episode 21: ??????????
Episode 22: ??????????
Episode 23: ??????????
Episode 24: ??????????


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 26 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com