Index du forum

Lost Forum

Premier forum francophone, depuis 2004 • Le forum du site Lost Island : http://lostisland.net.free.fr
Nous sommes le Ven 22 Juin 2018 - 21:55

Heures au format UTC + 1 heure




Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 264 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 18  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: "...Retour à la réalité..."
MessagePosté: Mar 09 Aoû 2005 - 05:20 
Hors ligne
Joueur de backgammon
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 05 Aoû 2005 - 04:56
Messages: 1128
Localisation: En partance pour la Bretagne
EDIT : les Retours à la Réalité de chacun des personnages sont visibles dans leur continuité sur le site créé par Zurabinho http://backtoreality.site.voila.fr/ ... Vous y trouverez aussi quelques bonus... :mrgreen: :wink:


Bonjour à tous !

J'espère que je poste dans la bonne section, à vrai dire je me demande si mon topic ne conviendrait pas mieux dans la section Fanarts...

Voilà : En trainant sur des forums américains, je suis tombée sur un sujet fait par des fans qui m'a beaucoup plu... J'ai eu envie de m'en inspirer. Peut-être qu'on pourrait tenter le coup dans le coin si certains sont interessés...

Je m'explique :

Bien qu'on sache que les secours ne vont pas venir, et que nos survivants sont encore sur "l'Ile de tous les Mystères" pour un bon bout de temps, imaginons ce qui se passerait, pour chacun d'entre eux, si à la fin de la saison 1, les personnages du radeau avaient été repêchés par des sauveteurs potentiels... Et réactions en chaîne : hélicoptères, journalistes, famille, autorités aussi ( :wink: )....

Retour sur le continent, retour à leurs vies respectives, présence insistante des médias, ...
Qu'en serait-il pour chacun de nos personnages ?

L'idée est de raconter leur "après Lost".
Ils n'en savent pas plus que nous à l'heure qu'il est.
Ils ont été rapatriés (de force pour certains [Locke...]) et ce sont désormais des enquêteurs spécialisés qui tentent de résoudre les mystères de l'île. On pourrait même envisager l'intervention de l'armée ou des services secrets. bref.
Cela reste hors-sujet, puisque nos survivants sont arrachés à cette histoire, ne remettront plus jamais les pieds là-bas, et ne connaitront au final que ce que la presse aura l'opportunité de révéler...
Frustrant hein ??

Vous pouvez prendre le personnage que vous voulez, au moment que vous déciderez de son histoire.
Vous décidez du lieu, de la météo, des figurants, etc...

La seule condition est : Ils viennent d'être rapatriés sur leur continent, sont donc séparés des autres (pour le moment évidemment :tong: ), et viennent de subir quantité d'interrogatoires, de tests médicaux et autres cellules psychologiques.

Ils sont épuisés, incrédules, désorientés.



Voilà voilà...
Je me suis réservée avec beaucoup d'égoïsme le personnage de Sawyer, si vous permettez...
Mais évidemment, si quelqu'un est inspiré, il peut y avoir deux versions...


Je commence, donc (j'ai un peu les "ouillouillouilles j'ai la trouille" quand même) ...



SAWYER Image

Chapitre 1
"Seul"


Image Image



Lieu : La Nouvelle-Orléans, Louisiane, Etats-Unis.
Une chambre d'hôtel miteuse sur Canal Street.
Heure : Imprécise, tombée de la nuit.



"Sawyer ouvrit les yeux.
Pour la première fois depuis plus d'un mois, il y avait un plafond au-dessus de sa tête.
Bas et crasseux, la peinture était craquelée par endroit, et une tâche sombre semblait ronger la matière.
La fenêtre était ouverte, et les rumeurs de la rue emplissaient la pièce.
Relents de cuisine grasse et de vieux blues psalmodié.
Le nuit tombait déjà.

Combien de temps avait-il dormi ?
Se redressant un peu, il grimaça de douleur. Un feu liquide s'était réveillé dans son abdomen, s'écoulant lentement et pulsant contre sa peau. Sa blessure lui faisait encore mal. Poussant un gémissement, puis un juron, il parvint à se mettre en position assise.
Il soupira. Putain de balle.

Il ignorait toujours qui lui avait tiré dessus.
Ses souvenirs étaient voilés, imprécis. C'est d'ailleurs tout ce qu'il avait pu dire au médecin et aux deux psy qui lui avaient parlé, avant son rapatriement.
Une lumière blanche, un éclat de douleur, puis le froid et l'obscurité.
Des cris au loin, evanescents.

A son réveil il était sur un lit d'hôpital, quelque part à Sydney. Seul.
Qu'était-il advenu des autres ? Et Michael, Jin, Walt ?
Quand il avait posé des questions, les seules réponses qu'on lui avait donné étaient floues et évasives : "ne vous inquiétez pas vous ne craignez plus rien", "des équipes de sauvetage sont à l'heure actuelle en train de tout faire pour rapatrier les survivants".
Puis un billet d'avion pour la Nouvelle-Orléans, à sa demande, puis les journalistes amassés autour de l'aéroport, ce matin.

Violent retour à la civilisation.
Ce mois sur cette île était passé comme une année, plus riche et plus conséquent encore.
Il avait presque oublié le bruit, celui d'une foule qui braille des questions incompréhensibles, insensées, celui d'une ville, baignée d'une éternelle cacophonie ambiante.
La lumière artificielle aussi, à l'éclat étrange et presque délicat.
Ce qui n'aura été finalement qu'une parenthèse surréaliste semblait l'avoir marqué irrémédiablement.
Changé ?
Nan.

Perdu dans ses pensées, Sawyer chercha d'une main son paquet de cigarette, en vain.
Et bordel de merde. Plus de clopes.
Il se leva, grimaça à nouveau, cherchant des yeux, dans l'obscurité naissante, ce qui aurait pu ressembler à paquet rouge et blanc.
Tiens, une télévision.
Il ne l'avait pas remarqué.
Mais il devait bien s'avouer qu'en entrant, son épuisement était tel qu'il n'aurait pas remarqué un orchestre de fanfare.
Une télévision. Persuadé qu'elle ne marcherait pas (quelque chose qui marche dans ce coin du French Quarter ? Et depuis quand ? ), il appuya sur le bouton Power.
Il fut surpris lorsque l'écran crépita et devint blanc.
Quelque secondes plus tard, incrédule, il assistait sur une chaine nationale à une émeute londonnienne en raison du retour inespéré de Charlie Pace, le bassiste de Drive Shaft. Des centaines de fans, des milliers peut-être, se bousculaient le long d'une avenue, tentant d'apercevoir le rockeur à l'intérieur d'une limousine aux vitres teintées.

"Ok..., murmura t'il, Chucky était une star..."
Il esquissa malgré lui un sourire, leva les yeux au ciel, puis tenta de changer de chaîne.
Il ne se passa rien pendant quelques secondes, puis l'écran fut traversé de stries, et une nouvelle image apparu : des hommes vêtus de noirs, une foule, de nouveau, et une confusion totale.
Sawyer se détourna et fit un mouvement pour retourner s'asseoir. Autant se mettre un peu au courant, les clopes attendraient.
La voix du commentateur continua : "...survivants du vol Océanic Airlines 815, Katerine Austin, présumée auteur de braquage et de meurtre, et qui était parvenue à échapper à la loi depuis presque cinq ans."
Sawyer se retourna vivement.
" La fugitive a été appréhendée dès sa sortie de l'hôpital, à Sydney, et a été rapatriée sous l'autorité des agents fédéraux. On ignore encore ce que la justice décidera à son sujet. La possiblité qu'elle soit déferrée au parquet de Baton Rouge a été mentionnée. Rapellons qu'hélas, l'agent qui l'escortait sur le vol 815 n'a pas survécu."
Kate était là, dans l'écran.
Portant des vêtements qu'il ne lui avait jamais vu, et marchant comme si elle boitait -était-elle blessée ?, mais c'était bien elle, ça ne faisait aucun doute.
Elle tentait de cacher son visage sous les flashes des photographes. Ses cheveux étaient lâchés, sales, ses yeux rougis, elle avait manifestement pleuré. Trois hommes la maintenaient fermement et la firent entrer dans une voiture. Plusieurs journalistes tentèrent de s'agglutiner autour, mais elle démarra en trombe et disparu hors de l'écran.
" C'est la nouvelle phare de notre journal : des personnes ont survécu au terrible crash du vol 815. Nous vous donnerons plus d'informations sur cet incroyable évènement dans notre bulletin du soir."
L'image changea. Sawyer cligna des yeux.
"Nous vous rapellons qu'une alerte est lancée cette nuit sur les régions du sud et de l'est de la Louisiane, en effet de violents orag..."
Il éteignit le poste.

Le silence semblait s'être fait, dehors aussi.
On n'entendait plus que de lointaines rumeurs, une vague musique, des moteurs peut-être.

Une épaisse moiteur s'exhalait depuis la rue.
Sawyer se sentait incapable de bouger.
Debout là, les cheveux dans les yeux, il ne sentait pas vraiment blessé en définitive, ni épuisé.
Il se sentait malade.
Il avait toujours su que Kate était la fugitive. Il ignorait pourquoi, et ce qu'elle avait fait précisément, mais il savait que c'était elle.
Il savait que ça arriverait si les secours les retrouvaient un jour.
"Un jour", c'est l'expression qui avait régné sur tout leur séjour là-bas, avait conditionné leur quotidien et leur attitude.
Un jour ne signifiait pas demain, et encore moins aujourd'hui.
Cette fois c'était là.
Mais la réalité prenait soudain une épaisseur inattendue, et un goût amer. Kate allait probablement être condamnée à perpétuité. L'état de Louisiane approuvait la peine de mort, mais celle-ci n'avait pas été appliquée depuis des décennies.
Alors oui, Tâches de Rousseur allait de toute évidence passer le reste de ses jours dans une cellule.
Il ferma les yeux, visualisant la scène.
Il ne pouvait rien y faire. Absolument rien.
Et même s'il lui avait donné cette foutue place sur le radeau, cela n'aurait rien changé.
Enfin, sans doute pas...

Il ouvrit les yeux.
Mais peut-être qu'elle aurait eu une chance. Peut-être.

Sawyer déglutit et se força à bouger.
Il fit un tour sur lui-même puis s'arreta de nouveau, le regard perdu dans le vague.
"Et merde".
Il avait assez de problèmes comme ça pour se soucier d'elle. Bien assez.
...Chacun sa croix ma mignonne...
Il était venu ici pour retrouver Hibbs, en espérant qu'il avait toujours sa petite villa au milieu des bayous.
Il avait comme un truc à lui dire.


Mais pour l'instant, la seule chose qui comptait, c'est qu' il avait besoin d'une cigarette, et surtout d'un verre, voire plus. Il avait faim aussi, avait besoin d'une douche, mais ça, ça pouvait attendre.
Et par chance, le Quartier Français fournissait à outrance de tout ce qu'un type comme lui pouvait venir y chercher, pensa t'il en fermant la porte de la chambre.


...



Sawyer remontait Canal Street. Il avait l'intention de couper par Decatour et de descendre sur St Charles.
Ayant vaguement souvenir d'un bar à blues où ni l'alcool ni les filles n'étaient très chers, il marchait sans réfléchir. Il se sentait comme un fantôme. L'air était brûlant, et sentait mauvais. Les villes sentent ça, toutes, mais il avait oublié.
Un vent lourd se levait, faisant frissonner la rangée de maigres bouleaux plantés là, le long du trottoir.
Mille pensées tourbillonnaient dans l'esprit de Sawyer. Il fallait qu'il se calme, accéléra le pas.
Deux adolescentes se retournèrent sur son passage et éclatèrent de rire.
Il ne s'était pas encore changé, et avait conscience de son allure de vagabond.


Sawyer sourit pour lui-même, quelque secondes, mais lorsqu'il entra sur St Charles et se perdit dans la foule, anonyme, son regard avait changé.

Au-dessus de la ville une armée de nuages noirs avançait en rangs serrés.
L'orage arrivait. "



( ... to be continued... )


:tong:
:oops: Soyez indulgents hein, il est 6 heures du mat' et je suis pas encore couchée, j'suis pas forcément au meilleur de ma forme....

_________________
"... Don't dream it... Beeeeee it..."
Image
- "... Retour à la Réalité..." & "... Lou's room..." & Le BazZar de Gizmo


Dernière édition par Lou le Sam 28 Jan 2006 - 22:06, édité 9 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 09 Aoû 2005 - 07:23 
Hors ligne
Peanut Butter
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 28 Juil 2005 - 23:06
Messages: 885
Localisation: Sous la neige :)
haaaa c'est un jeu en quelque sorte, et bah l'idée est franchement pas mal :top: mais désolé pour l'instant je ne vais pas participer car ça doit demandé beaucoup de temps mais je suis sûr que pleins de gens participerons (notement ceux du jeu de role :wink: )...

_________________
<embed src="http://www.mon-idee.ch/laetitia/lost/claire.swf" quality="high" pluginspage="http://www.macromedia.com/go/getflashplayer" type="application/x-shockwave-flash" width="500" height="50"></embed>
* Thanks Gizmo *


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 09 Aoû 2005 - 07:50 
Hors ligne
Joueur de backgammon
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 05 Aoû 2005 - 04:56
Messages: 1128
Localisation: En partance pour la Bretagne
Oui, un peu, mais disons qu'il n'y aura pas d'interactions entre chaque histoire, en toute logique (à moins que...)
Mais bon c'est surtout un exercice d'écriture...
Image

:wink:

_________________
"... Don't dream it... Beeeeee it..."
Image
- "... Retour à la Réalité..." & "... Lou's room..." & Le BazZar de Gizmo


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 10 Aoû 2005 - 06:44 
Hors ligne
Red shirt
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 10 Aoû 2005 - 06:07
Messages: 69
Localisation: avignon
Héhé très bonne idée...
Bien écrit en plus. :shock:
Alors moi j'aimerais bien prendre le perso de Locke, mais je le ferai quand j'aurais le temps.
A quand la suite de l'histoire de Sawyer?

Il va retrouver Kate ?? :love:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 10 Aoû 2005 - 08:13 
Hors ligne
Razorback
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 02 Aoû 2005 - 12:30
Messages: 119
Localisation: Toulouse
sympa... mais je me suis fait spoilé par ma faute :cry:

J'aurais bien essayé Charlie ou... quelqu'un d'autre pourquoi pas... mais j'en suis qu'au 21

je verrai plus tard.

_________________
Image
by Flying Marmot
We were lost before being lost. You, all, everybody are on the way of redemption. All of us are guilty !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 10 Aoû 2005 - 15:10 
Hors ligne
Razorback
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 02 Aoû 2005 - 12:30
Messages: 119
Localisation: Toulouse
En fait j'ai eu des idées, alors j'ai commencé pour ne pas les perdre.
J'ai donc choisi Charlie...
Jen 'ai pas beaucoup travaillé le style, mais j'ai essayé de trouver les idées adéquates.
Par contre, comme je n'en suis qu'à lépisode 21, il y aura peut-être des incohérences, mais bon...
let's see !

LE RETOUR

Ca faisait longtemps qu’il n’avait pas pris l’avion. En fait, pouvoir en descendre par le Hub prévu à cet effet à l’aéroport d’Heathrow était un véritable soulagement pour Charlie ! Car la dernière fois… enfin, maintenant il fallait oublier tout ça. Il allait tourner la page rapidement. Il se l’était promis, mais pas après une dernière pensée pour ceux qui avaient partagé avec lui l’épreuve la plus difficile de sa vie.

Quelques uns s’étaient mis d’accord pour ne plus se revoir, ne plus avoir de contact afin de faciliter le retour à l’ancienne vie. Charlie n’avait pas réellement accepté, juste hoché la tête. L’idée de ne jamais revoir Claire, Aaron ou même Hurley lui était impossible à accepter à ce moment précis. Où allait-il aller ? D’ailleurs il était sûr que Claire l’avait compris au regard qu’elle lui lança avant de prendre son avion pour Melbourne.

« Les bagages du vol 0342 en provenance de Auckland vont arriver sur le tapis n°4. » La voix de l’hôtesse le tira de ses pensées alors qu’il entrait dans le hall d’arrivée. Des bagages ? Quels bagages ? Tout ce qu’il avait pu récupérer, c’était ce pot en verre qui lui rappellerait Claire à jamais. Même sa guitare avait été subtilisée par Sawyer ! « Le salaud ! pensa t’il, prendre ma guitare pour en faire une rame ! ». En tout cas, c’est sûr, lui il ne voulait pas le revoir.

Il fit quelques mètres de plus et s’aperçut qu’un cordon de sécurité avait été déployé. Quinze ou seize agents de Scotland Yard tentaient tant bien que mal de faire reculer les groopies qui attendaient leur nouvelle idole. You all everybody était scandé par cette centaine de fans. Charlie s’arrêta net. Voir autant de gens d’un coup, après presque 2 mois « d’emprisonnement » et des heures d’interrogatoire avec des membres de la CIA, lui faisait tourner la tête ! Il avait presque oublié que jadis il fut une rock star adulée par tout un peuple. Il l’avait mérité à l’époque. Mais là ? Qu’avait-il fait ? Il était devenu un meurtrier, et les gens l’aimaient encore plus…

Un des agents vint à sa rencontre et lui demanda de le suivre. Charlie obéit sans réfléchir. Machinalement il fit un signe de la main à ces gens qui étaient venus l’accueillir. L’agent avançait dans un couloir assez étroit qui devait leur permettre de rejoindre une voiture sans être dérangés par la presse. Au bout du corridor, la porte en verre opaque fut poussée par l’agent. Une bouffée d’air frais vint s’écraser sur le visage de Charlie. On était début novembre et il n’avait qu’un débardeur et une veste à capuche. Le froid le saisit immédiatement. Charlie se sentit revivre pour la première fois depuis quelques jours.

Une meute de journalistes était là, venue du monde entier. Etats-Unis, Australie, France, Allemagne, Japon, tous voulaient avoir quelques mots de LA star de cette histoire. Alors que les flashes fusaient, que les caméras mouvaient pour suivre leur proie, Charlie jeta un coup d’œil plein de dégoût à l’agent qui lui ouvrit la porte de la grosse cylindrée aux vitres teintées. Il s’y engouffra sans un regard pour les envoyés spéciaux. Un homme l’attendait dans la voiture. Costume sombre, coupe de cheveux entretenue, manucure parfaite, tout l'inverse de Charlie. L’homme se présenta comme étant Jack Straw, secrétaire d’état des affaires étrangères. La voiture démarrait alors que l’homme expliqua à Charlie sa présence. Des maisons de disques avaient déjà contacté le ministère contre l’exclusivité d’un rendez-vous avec Miraculous Charlie comme il était dorénavant surnommé. L’album de Drive Shaft se vendait comme des petits pains et l’ancien agent du groupe avait refait surface. Charlie était devenu une mine d’or pour les maisons de disques sans scrupule. Toutes avaient le projet de relancer Charlie, en solo cette fois. Pour lui laisser le temps de bien réfléchir, le ministère lui prêterait un petit appartement dans la banlieue de Londres. Personne ne pouvait savoir où il logeait, selon l’homme. Charlie déclina l’offre. Il préférait largement rentrer chez lui pour dormir. Dormir au moins 24 heures pensait-il. « Après j’aviserais… »

Il était environ seize heure quand il arriva chez lui. Le trajet depuis Auckland, l’escale à Singapour, le décalage horaire… tout cette fatigue accumulée ne lui laissa pas le temps de se doucher. Il eu juste la force de saisir le bocal de verre avant de tomber sur son lit et de sombrer dans un sommeil profond.

Le réveil fut poisseux. Charlie mit la cafetière en marche et alla prendre une douche. Le quart d’heure sous l’eau bouillante lui permit de réfléchir à ce qu’il allait faire dans la journée… Que faire ? La question que tous devaient se poser en ce moment même : et maintenant, que faire ? La sonnette de la porte d’entrée le fit sursauter. Le temps de passer un tee-shirt et un pantalon propres – quel plaisir se dit-il – et il descendit les escaliers. Sans réfléchir, il ouvrit la porte et resta planté là bouche bée… Claire était sur le pas de la porte ! Elle avait dans les bras un linge recouvrant son bébé. L’air grave elle dit : « Charlie, j’ai un problème ! Je ne sais plus pourquoi je suis là ! J'ai oublié... Et regarde. » Mêlant les gestes à la parole elle découvrit la tête du bébé afin que Charlie le voit. Stupeur ! Il avait une trace tout autour du coup, tout comme celle qu’il avait traînée pendant 15 jours après avoir été pendu. Mais pire encore, Aaron avait la tête d’Ethan !

Le réveil affichait quatre heure et quart. Charlie était en nage. Instinctivement, il descendit quatre à quatre les marches et ouvrit la porte d’entrée. Personne ! Il fut presque étonné de ne voir personne dans les rues à quatre heure du matin ! Après une grande respiration, il se dit en lui-même : « Ce n’était qu’un cauchemar, qu’un horrible cauchemar… » Trop excité pour se rendormir, il remonta à l’étage et se mit à jouer quelques accords. Les yeux dans le vague, il prit un stylo et une feuille de papier et se mit à griffonner :

I travelled all around the world
I met so many people who loved me
So many friends, so many girls
But you’re the only one I can see

I’ll miss you
Whatever I can do
I’ll miss you...
What about you ?


[to be continued]

Si vous avez des remarques à faire pour amélioration, je prends !

_________________
Image
by Flying Marmot
We were lost before being lost. You, all, everybody are on the way of redemption. All of us are guilty !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 10 Aoû 2005 - 22:55 
Hors ligne
Joueur de backgammon
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 05 Aoû 2005 - 04:56
Messages: 1128
Localisation: En partance pour la Bretagne
Pas mal du tout Rillyboy ! :D
J'ai halluciné pendant le cauchemar, j'ai cru que c'était réel !
J'aime bien. Ca correspond assez Charlie, tout se passe avec un certain détachement.
J'attends la suite !



Bon ben pour moi voici la deuxième partie du premier chapitre...
Y a pas beaucoup de gens qui commentent, j'ignore pourquoi... :oops:
Euh vous pouvez nous dire ce que vous en pensez amis forumeurs. Même si ce sont des critiques négatives, on prend avec plaisir no problem...

Merci beaucoup.... :oops:





SAWYER Image

Chapitre 1
2ème Partie


Image

Le Fiorella’s sur St Charles Avenue n’avait rien perdu de ce qui faisait sa réputation.
Lorsque Sawyer traversa la pièce principale du bar pour s’installer à une petite table à côté d’une fenêtre, il sentit les regards se poser sur lui.
Un petit groupe jouait distraitement un vieil air cajun au fond d’une scène poussiéreuse garnie de rideaux à l’agonie, et ici et là, des hommes principalement, buvaient leur verre d’alcool.
Regards fixes et embués, expressions fermées ou désespérées, oui, il était à sa place.

Cet endroit n’avait pas changé, pas le moins du monde. Mêmes tentures rouges accrochées aux murs de brique, même lampe-tempêtes consommant lentement une huile âcre, posées un peu partout sur des guéridons démodés.
Sawyer était à peine assis qu’une serveuse s’approcha :
« Qu’est-ce que je te sers mon ange ? « demanda t’elle.
Sawyer leva les yeux et la regarda, évaluant froidement qui elle était, qui elle donnait à voir.
Son mascara avait coulé et elle sentait la sueur.
Elle était vulgaire, pas très jolie, commune.
Il y a encore un mois il lui aurait lancé son sourire le plus charmeur et l’aurait mise dans sa poche instantanément, l’aurait ainsi gardée comme roue de secours au cas il ne trouverait rien de mieux au fil de la soirée.
Mais ce soir il baissa la tête et répondit machinalement, en expirant : « un paquet de clopes et un verre de scotch, pour commencer ». Elle le regarda, sans bouger. Puis elle sembla manifestement déçue, hésita un instant devant la table, et s’éloigna vers le bar en roulant des hanches.

Sawyer aurait voulu penser à autre chose qu’à l’île, et aux autres, à ces dernières images dans l’écran de télévision. Mais c’était impossible.
Désormais s’il voulait vivre normalement, comme avant, il allait devoir vivre avec.
Accepter l’amertume et la brutalité de ce retour à son existence d’avant, précisément. Accepter la sensation inconnue et indéfinissable de certaines nouvelles blessures, toutes fraîches, pas encore tout à fait ouvertes.
Il ignorait encore leur source, et s’interdisait d’y réfléchir vraiment. Pas encore.

Au loin le tonnerre se fit entendre, grondement sourd, colère contenue.
Sawyer réalisa, avec une sorte de gémissement intérieur, que cette île n’avait peut-être pas été une si mauvaise chose. Peut-être avait-il commencé là-bas à se délester d’un poids gigantesque, un poids que par habitude il avait fini par oublier. Un poids qui aujourd’hui revenait sournoisement se poser sur sa nuque et sur son cœur.

Le cours de ses pensées fut interrompu par le claquement du verre posé sèchement devant lui sur la table. La serveuse posa à côté les cigarettes, et sans plus le regarder, tourna les talons.

Très bien. Enfin une clope. Il se servit et l’alluma. Il inspira la première bouffée comme respire un noyé qui revient à la vie. Il toussa un peu, inspira de nouveau, bu une gorgée de scotch, puis s’affaissa en arrière sur la chaise grinçante.
C’était bon, c’était même foutrement bon.
Ce soir il allait se mettre la tête à l’envers, et demain matin seulement il s’autoriserait à regarder en lui de plus près.
Les violons cajuns venaient d’entamer une nouvelle mélodie, plus lente et mélancolique, une chanson traditionnelle, connue sous le nom de l’orphelin. « « Aujourd’hui, j’suis tout seul dans le chemin, et mes misères, faudra que j’ les prends comme ça vient…. »
La porte du bar était restée ouverte, afin de créer des courants d’air dans la chaleur ambiante, et Sawyer se mit à observer le rideau de pluie qui s’était mis à tomber.

Il but une nouvelle gorgée, et allait baisser les yeux lorsqu’une forme attira son attention.
Là-bas, dehors, sous la pluie, une silhouette.
Il cligna des yeux, fronça les sourcils : Une femme se tenait juste dans l’encadrement de la porte, sur le trottoir, éclairée par la lumière tremblotante et orangée de ces lampadaires à l’ancienne. Une jeune femme brune blottie dans une veste trop grande pour elle, crispée sous la pluie fraîche.

Sawyer sentit son cœur se figer, reposa le verre sans s’en rendre compte.
Etait-il possible que … Non. Bien sûr que non, c’était ridicule.
T’as des hallucinations mon vieux…, eut-il le temps de se dire, mais déjà il se levait, plissant les yeux au maximum, tentant de discerner plus précisément la fille.
Il fit un pas en avant, et au même instant, aussi lestement qu’un chat, la fille se déplaça sur la gauche et disparu de l’encadrement. Sawyer parcouru les quelques mètres qui le séparaient de l’entrée et se retrouva dehors sous la pluie.

Il n’y avait personne sur l’avenue. Pas âme qui vive.
Sawyer se retourna, regarda d’un côté puis de l’autre, scrutant l’obscurité.
Rien. Une voiture de flics patrouillait plus haut, mais tourna à une intersection.
L’avenue se ramifiait sur chaque trottoir en des dizaines de ruelles tortueuses et noires.
La fille, si elle avait existé, pouvait être à présent n’importe où.
Il fit quelques pas, en courant presque, du côté où elle avait disparu.
Le tonnerre éclata, d’une fureur et d’une puissance qui fit sursauter Sawyer. Il stoppa net.
C’est ridicule…
La pluie avait redoublé. Il était déjà trempé, et ses cheveux lui collaient au visage.
La serveuse lui avait couru après : « alors mon gars tu vas où comme ça ? »
Sawyer se passa une main sur le visage. Son cœur battait aussi vite que s’il venait de courir.
« hé ! Tu crois qu’on sert gratos ici mon joli ? »
Immobile, il resta là, le regard allant d’un recoin de l’avenue à un autre.

Puis il ferma les yeux, déglutit, et se décida à regarder la serveuse.
Elle se couvrait la tête d’un vieux journal, et se dandinait d’un pied sur l’autre.
Il la dévisagea avec un dégoût ostensible, prit de la monnaie dans sa poche, et la jeta aux pieds de la fille.
Elle fut si choquée qu’elle ne dit rien, et se contenta de le regarder alors qu’il remontait l’avenue sous la pluie battante.







Sawyer ignorait où il allait. Il avait pris à droite à un moment donné, pensait-il se souvenir, ou bien était-ce à gauche. Il ne reconnaissait pas cette rue. L’eau lui traversait les vêtements.
La première chose qu’il ferait demain, nom de dieu, ce serait d’aller se faire prescrire une paire de lunettes. Il accéléra, sans pouvoir s’empêcher de regarder fébrilement autour de lui.
Le tonnerre gronda encore, plus sourdement cette fois, comme apaisé, et un éclair déchira violemment la nuit.


Sawyer se sentit soudain plus perdu que jamais.

_________________
"... Don't dream it... Beeeeee it..."
Image
- "... Retour à la Réalité..." & "... Lou's room..." & Le BazZar de Gizmo


Dernière édition par Lou le Mer 31 Aoû 2005 - 05:34, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 00:22 
Hors ligne
Vieux fauteuil roulant rouillé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 27 Juil 2005 - 23:09
Messages: 30
J'aime bien. Et pour Sawyer et pour Charlie. Ce sont de bon début.

Au niveau de l'écriture rien a redire pour l'instant, le style est plutôt fluide (ce qui n'est pas si evident que ca). Ce qui est sympa c'est que comme les deux personnages ont un auteur différent, ils ont des "voix" différentes. A vraie dire c'est plutôt bien vue comme idée de Round Robin. Le problème des fics écrites à plusieurs mains, en général, c'est les différences de styles d'écriture et les bifurcations imprévisibles du scénario, mais là pour le coup ca colle parfaitement au projet.

Pour Rillyboy : J'aime bien la façon dont tu cernes Charlie en seulement quelques paragraphes. Y a quasiment tout ce qui définit Charlie sur l'île dans ce début : rock star, drogue, Claire, le beurre de cacahuète, la guitare, le meutre. Jolie introduction. Y a peut -être qu'un truc qui me chiffone : pourquoi les maisons de disque passseraient-elles par le gouvernement britanique ?

Pour Lou : Vu le perso que tu as choisi, je suis déjà conquuise. J'aime bien l'ambiance que tu est en train de créer autour du personnage : une chambre miteuse, bar viellot, une serveuse vulgaire et pourtant une certaine poésie n'est pas absente (comme ces cris evanescents ou cet air cajun). La tristesse de la déchéance flotte autour de Sawyer.
Un passage que j'aime particulièrement :
Citation:
Sawyer réalisa, avec une sorte de gémissement intérieur, que cette île n’avait peut-être pas été une si mauvaise chose. Peut-être avait-il commencé là-bas à se délester d’un poids gigantesque, un poids que par habitude il avait fini par oublier. Un poids qui aujourd’hui revenait sournoisement se poser sur sa nuque et sur son cœur.


J'espère qu'on pourra lire la suite bientôt

_________________
"You think you know... what's to come... what you are. You havn't even begun"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 06:01 
Hors ligne
Red shirt
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 10 Aoû 2005 - 06:07
Messages: 69
Localisation: avignon
Franchement c'est trop bien.J'aime vraiment le perso de Sawyer, ses réactoins et son atttiude sont bien vus. J'aime l'ambiance. Et puis je trouve qu'il y a du style !
Bravo Lou sincèrement. J'attends la suite, parce que franchement, cétait qui cette fille ..?? Kate ?? Elle s'est évadée ?

J'aime ce passage :

Lou a écrit:
Puis il ferma les yeux, déglutit, et se décida à regarder la serveuse.
Elle se couvrait la tête d’un vieux journal, et se dandinait d’un pied sur l’autre.
Il la dévisagea avec un dégoût ostensible, prit de la monnaie dans sa poche, et la jeta aux pieds de la fille.
Elle fut si choquée qu’elle ne dit rien, et se contenta de le regarder alors qu’il remontait l’avenue sous la pluie battante.


C'est du sawyer tout craché.

Sinon j'aime beaucoup aussi le retour de Charlie. Il a l'air vraiment seul . Pareil, j'ai envie de lire la suite. J'aime bien l'air qu'il chante à la fin , c'est quoi ?

Comme dit elimor, 'es vrai qu'on sent qu'il y a deux voix différentes, du coup ça promet d'être varié !
Je voulais prendrer Locke mais j'ai vraiment pas le temps en ce moment de me mettre à écrire alors...

Vivement la suite.
PS ça serait bien que quelqu'un fasse le "retour " de Kate ou de claire, ça pourrait peut-être se recouper...

:wink:

_________________
Obsédé Textuel....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 07:48 
Hors ligne
    
    
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 10 Déc 2004 - 20:26
Messages: 7524
Localisation: Bensalem
Je vais faire glisser cela dans le fan-art, parce qu'après tout, l'écriture, c'est de l'art (de la création) aussi :)...

_________________
--toutélié--

Image

La Minute MAD


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 08:16 
Hors ligne
Razorback
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 02 Aoû 2005 - 12:30
Messages: 119
Localisation: Toulouse
Franchement Lou, ce que tu fais est extra !
J'ai l'impression d'apprendre à mettre des lettres les unes à côtés des autres, alors que toi !!!
C'est pas le même niveau dans l'écriture, tout est fluide, les mots sont subtils, à leur place.
J'ai beaucoup moins cette impression quand je me relis. Mais bon, je me fais plaisir en essayant, c'est déjà ça.

Merci pour vos critiques en tout cas.

Citation:
Pour Rillyboy : J'aime bien la façon dont tu cernes Charlie en seulement quelques paragraphes. Y a quasiment tout ce qui définit Charlie sur l'île dans ce début : rock star, drogue, Claire, le beurre de cacahuète, la guitare, le meutre. Jolie introduction. Y a peut -être qu'un truc qui me chiffone : pourquoi les maisons de disque passseraient-elles par le gouvernement britanique ?


Souvent dans de genre de cas tragique, les gouvernements mettent en place des cellules psychologiques pour les victimes. Mais que se passerait-il si une des victimes étaient une personnalité public ? Avant de partir en Australie, Drvie Shaft n'existe quasiment plus, donc ils ne doivent plus avoir d'impressario, de maison, etc... ce qui aurait facilité les contacts artistiques (et financiers, sic) à son retour.
Je me suis donc dit que le gvt aurait pu organiser le retour de Charlie et s'occuper de lui...
Mais je dois avouer que c'est un passage que j'ai hésité à développer, car je ne sais vraiment ce qui se passerait dans ce cas. J'ai fait un choix, peut-ête mauvais...
Et puis c'était une façon de recouper avec Lou :

Citation:
Quelque secondes plus tard, incrédule, il assistait sur une chaine nationale à une émeute londonnienne en raison du retour inespéré de Charlie Pace, le bassiste de Drive Shaft. Des centaines de fans, des milliers peut-être, se bousculaient le long d'une avenue, tentant d'apercevoir le rockeur à l'intérieur d'une limousine aux vitres teintées.


C'était peut-être maladroit...


Citation:
Sinon j'aime beaucoup aussi le retour de Charlie. Il a l'air vraiment seul . Pareil, j'ai envie de lire la suite. J'aime bien l'air qu'il chante à la fin , c'est quoi ?


Merci.
Pour les paroles, et bien c'est lui qui les écrit... En fait moi, et je travaille sur d'autes petits bouts de chanson pour la suite de l'histoire, mais chut :wink: et puis si j'ai le temps, j'essaierai de finir tous les morceaux que je vais commencer.

_________________
Image
by Flying Marmot
We were lost before being lost. You, all, everybody are on the way of redemption. All of us are guilty !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 09:37 
Hors ligne
Red shirt
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 10 Aoû 2005 - 06:07
Messages: 69
Localisation: avignon
Bah sérieux tu devrai écrire des chansons, j'ai cru qu'elle existait moi... Tu fais aussi la musique qui vas avec ?

En tout cas si tu écris les chansons de Charlie dans ce topic c'est super interessant.
:supermegatop:

_________________
Obsédé Textuel....


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 12:52 
Hors ligne
Chien de Walt
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 01 Oct 2004 - 20:28
Messages: 1737
Localisation: Galactica
ouah vous écrivez super bien ! j’aime beaucoup les deux histoires, continuez...
du coup j’hésite à poster ici la fanfiction que je suis en train d’écrire, j’écris pas aussi bien... <_<


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 21:51 
Hors ligne
Red shirt
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 12 Juil 2005 - 12:45
Messages: 75
J'ose à peine me lancer, j'ai pas votre talent, en plus je m'attaque à un perso ni marrant ni franchement très "actif" mais que j'adore qd même, alias...Jack, un peu d'indulgence siouplaie :oops:

Jack Chapitre 1

Les secours, le rapatriement vers la côte, l'espérence, la joie mais aussi l'apréhension, tout cela lui revenait avec cette sensation de flou qui s'apparente généralement à un rêve lointain...
Combien de jours s'étaient écoulés depuis le sauvetage, combien d'heures passées dans cet hopital, cloitré dans la chambre?
Et maintenant il était là, de nouveau en route pour les Etats Unis mais cette fois pour Boston, comme un cauchemar qui se répète, et comble de l'ironie, le numéro du vol était le 815, il aurait presque pu en rire, si ce n'est en pleurer!!
Mais il n'était pas homme à superstition, Oh que non , lui était l'homme de science et pragmatique, il se dit que le vol 815 avait à peu près autant de chance de s'écraser que la foudre de tomber 2 fois au même endroit!!
Pourtant, il devait bien se l'avouer à lui-même, la "peur au ventre" qu'il resentait depuis le décollage venait seulement de s'estomper avec l'amorçage de la descente...

ça y est, il voyait déjà l'atmosphère brumeuse de Boston, il sentait même l'odeur des bons vieux hot dog de "chez Marty" lui chatouiller les narines!!
Par contre il appréhendait la rencontre avec les journalistes, point de doutes, ils seraient au rendez vous, mais Dieu merci ça ne serait pas comme l'épopée de Charlie, qui s'était complètement fait happer par la foule!! Et oui la rockstar avait ce que toute star rêve d'avoir: une reconnaissance postume en étant bien vivant et bien sur des hordes de fans en pleurs!!
Il y aurait aussi Sarah, elle était là, il le savait, malgré tout, elle serait là, c'était ce qu'il convenait de faire et Sarah était si...convenable...

Pourquoi diable se sentait-il si étranger à tout cela?
La réponse était simple: il était encore...là bas!
Là-bas à lutter pour survivre, là-bas à sauver et même perdre des vies, là-bas à pleurer, rire, se battre, enfin vivre quoi!!
Il avait vécu 40 jours d'enfer, enfer qu'il n'était pas prêt d'oublier, alors pourquoi cette pointe de nostalgie??
Il savait qu'il garderait le contact avec la plupart, même cette crapule de Sawyer allait lui manquer, il se sourie à lui-même, vraiment il avait grand besoin de repos!!

Non ce qui l'inquiétait, c'était bien evidemment Kate, il n'avait fait que la croiser à l'hopital mais il ne lui avait pas fallut plus de 2 secondes pr comprendre sa détresse, et lui s'était senti tellement démuni, il n'avait rien pu faire, cette constatation déclencha en lui une vague de fureur, il trouverait un moyen de l'aider, sauver des gens était ce qu'il faisait de mieux, c'était TOUT ce qu'il savait faire!
Il grimaça au souvenir des menottes accrochées à ses poignets et aux policiers l'emmenant brutalement... oui il allait l'aider, la 1ère chose qu'il ferait en rentrant serait de contacter un avocat, son père devait bien avoir un ou 2 pontes avocat dans ses relations!!

"On y est", Jack sortit de l'avion, et moins de 2 pas plus tard, il se trouva nez à nez avec Sarah, et il n'avait aucune idée de comment se comporter avec elle, la gêne troublante qui s'était installée entre eux prit fin quand plusieurs journalistes s'interposèrent: "Comment avez-vous vécu ces derniers jours" "Qu'avez vous affroné sur l'île" "saviez-vous qu'une dangereuse criminelle était parmi vous?" Cette question le fit tiquer, bande d'imbéciles! "Pensez vous que..."
Jack n'écoutait déjà plus, il n'avait qu"une hâte, rentrer chez lui et dormir!!

Sarah avait pri les devants, comme d'habitude, et ils réussirent à se faufiler jusqu'au taxi qu'elle avait contacté. Mais contre toute attente, elle ne monta pas; "tu as besoin d'être seul, de te retrouver, après on parlera"
40 jours de séparation et voila que leurs retrouvailles se résumaient à un banal échange de paroles, et Jack n'en était même pas peiné, il voulait juste en finir!

A peine le chauffeur avait-il démarré que son téléphone sonnait déjà!! Qu'il était doux d'entendre le son de la civilisation!!
"Numéro inconnu" Jack sourit, serait-ce déjà l'appel d'un des rescapés?
Il se rememora la ferveur des échanges de numéro, digne d'une colonie de vacances!! Oui ces 40 jours avaient changé leur vie et forgé des liens plus forts que ce qu'il avait imaginé...
"Allo" rien "Allo? Il y a quelqu'un?" il fut pris d'un doute "K..Kate??" Plus rien que le son morne de la tonalité...
Qu'il pouvait être idiot, bien sur que ce n'était pas Kate, enfermée dans une prison elle aurait bien du mal à l'appeler!!

à suivre 8)

_________________
Image


Dernière édition par Zombie le Ven 12 Aoû 2005 - 19:55, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 11 Aoû 2005 - 23:54 
Hors ligne
Red shirt
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 10 Aoû 2005 - 06:07
Messages: 69
Localisation: avignon
C'est cool qu'il commence a y avoir les autres personnages.
J'aime bien l'idée que Jack veuille secourir Kate et tout. Et avec sa femme ça va être chaud.
Franchement continuez.
J'attends aussi Sawyer ( :sadi: ).....

Euh par contr eun truc, avec tous ces persos ça risque de faire un topic un peu embrouillé no ??

Vaudrait pas mieux avoir un topic par perso (Ex ;: retour à la réalité Sawyer, retour à la réalité Charlie, etc...) ??
Enfin ce que j'en dis ..... :oops:

_________________
Obsédé Textuel....


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Forum verrouillé Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 264 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 18  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com